Ne vous inquiétez pas, tout est gratuit ici et sans publicité ! Je fais cela pour le plaisir : Accompagnement spirituel , Coach de vie et de plaisir

Accompagnement spirituel , coach de vie, coach business
Le moment présent est le bien le plus précieux qui soit, où que vous soyez, soyez-y totalement. La vie vous donnera toutes les expériences qui seront utiles pour l’évolution de votre conscience.

N’hésitez pas à regarder mes vidéos sur le sujet et ma page YouTube en tapant : “le mystique”  ou en cliquant sur le lien ci-dessous

“Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement”
Bouddha

Le stress, les causes et les solutions de détente

Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un ; c’est vous qui vous brûlez.Bouddha

Bouddha

Questions pour apaiser le stress

« Le stress excessif est une façon de voir les choses qui nous porte à surestimer le danger et à sous-estimer notre capacité à y faire face. »

Votre stress dépend de la façon dont vous interpréter chaque difficulté. Vous trouverez ci-dessous des questions qui ont pour objectif de changer votre perception d’un problème jugé stressant. Évidemment, ces questions n’élimineront pas votre stress, mais dans certains cas elles diminuent significativement celui-ci. Ne me croyez pas sur paroles. Si vous êtes stressé, prenez plutôt quelques minutes pour répondre au questionnaire suivant. Vous verrez ainsi par vous-même si cette approche vous convient.

Questions sur la perception du stress :

  1. Est-ce que d’autres personnes dans la même situation (par exemple des collègues) sont moins stressées ?
  2. Suis-je en train de sauter aux conclusions trop rapidement ?
  3. Quelle sera probablement ma perception de cette « situation stressant » dans un an ?
  4. Est-ce que je perçois avec trop de sévérité le pire des scénarios ? En d’autres termes, si le « pire » se réalise, est-ce que ce serait si catastrophique ?
  5. Est-ce que je serais moins stressé si j’étais reposé  ?
  6. Est-ce que mon empressement excessif a pour effet d’augmenter indûment mon niveau de stress ?
  7. Est-ce j’explique à répétition aux gens qui m’entourent pourquoi la situation est si « stressante » ?
  8. Est-ce que je me détends lorsque j’en ai l’occasion ?
  9. Est-ce que j’ai des attentes exagérées ?
  10. Est-ce que je pratique avec excès la procrastination ?
  11. Est-ce que je pratique le perfectionnisme excessif ?
  12. Est-ce que je m’impose des objectifs trop exigeants, par exemple des objectifs beaucoup plus élevés que ceux que mon travail demande ?
  13. Est-ce que je gère bien les différentes priorités ou est-ce que je perds du temps avec des tâches peu importantes ?
  14. Est-ce que je me change les idées lorsque j’en ai l’occasion, par exemple en prenant suffisamment de poses au travail, si possible ?
  15. Est-ce que j’agis comme s’il était nécessaire d’être stressé pour réussir ?
  16. À mon bureau et à la maison, est-ce que tout est bien rangé, tout au moins au début et à la fin de chaque journée ?
  17. Quel conseil donnerais-je à un ami s’il vivait exactement la même situation ?
  18. Si j’étais moins pessimiste, est-ce que je serais aussi stressé ?
  19. Globalement, est-ce que la situation est aussi stressante que je la perçois, ou est-ce que j’exagère ?
  20. Finalement, est-ce que je suis conscient que mon stress dépend grandement de ma façon de voir les choses ?

Limite : les questions précédentes (bien qu’elles puissent être adaptées) se prêtent surtout au stress dans le contexte du travail de bureau.

« L’apaisement réside en chacun de nous. » Dalaï-Lama

Les directions de vie

Être inspiré par un idéal

« Chaque fois qu’un homme défend un idéal, il envoie une petite vague d’espoir. »
Robert F. Kennedy

La vie moderne nous incite à mettre l’accent sur l’aspect matériel de choses. Pourtant s’ils n’ont pas de vie intérieure, tous ceux qui ont « réussi matériellement » finissent un jour ou l’autre par être déçus. Et c’est normal, car ils vivent en surface. Ils négligent l’essentiel. La satisfaction matérielle abusive est un cul-de-sac. Il n’est donc pas étonnant de voir autant de gens « réussir dans la vie » et ne pas être heureux, car il leur manque un élément fondamental : un idéal élevé.

Les plaisirs physiques ne sont pas mauvais en soi. Mais ils le deviennent lorsqu’on en fait notre objectif de vie, c’est-à-dire lorsque l’on nourrit l’illusion que le succès matériel est suffisant pour être heureux. On n’obtient pas le bonheur en satisfaisant à outrance nos besoins physiques, mais plutôt en se vouant à un but qui nous dépasse.

« Rien n’est plus important que d’avoir un haut idéal. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les personnes heureuses travaillent pour une idée parfaite et c’est cette idée qui les inspire. Si vous travaillez pour un idéal élevé auquel vous croyez vraiment, même si vous n’êtes pas payé, vous percevrez être quand même grandement récompensé. Mettez un idéal noble dans votre tête, travaillez pour cet idéal et vous verrez ce que ce dernier fera pour vous : il améliorera toute votre existence.

Exemple :

Une personne dans la trentaine considère que ses objectifs de vie sont atteints. Elle a un travail stable qui lui procure une existence confortable. Mais elle fait un peu tout par automatisme, sans grande motivation ni passion. Elle est comblée matériellement, mais elle se questionne.

Cette personne décide de donner un sens à sa vie en se vouant à un idéal. Elle choisit la défense des droits de l’homme. Au début, elle a un intérêt passif pour cette cause, c’est-à-dire que ce n’est pas une passion. Alors, elle fait en sorte de développer davantage cet intérêt. Elle s’impose dans un premier temps de lire un peu sur ce sujet tous les jours. Puis, elle devient membre d’un groupe qui milite pour cette cause : Amnistie internationale. Ceci a entre autres pour effet de parfaire ses connaissances. De plus, elle peut voir clairement le résultat des actions de ce groupe de militants. Plus elle en apprend sur ce sujet, plus son intérêt grandit. Finalement, l’appartenance à Amnistie internationale fait en sorte qu’elle est en contact régulièrement avec des gens passionnés par la cause des droits de l’homme. La passion étant contagieuse, la participation assidue à Amnistie internationale développe en elle avec le temps un intérêt vif pour cette cause. Après toutes ces étapes de transformation, elle voit la vie différemment. Son idéal d’aider les gens dans le besoin, a donné un sens profond à sa vie.

« Pour donner un sens à sa vie, il faut vivre pour un idéal plus grand que soi. »

Sans autres ambitions que de mener une vie ordinaire et prosaïque, plusieurs se laissent aller à une existence principalement orientée vers les plaisirs physiques. Cette façon de vivre est néfaste pour la santé physique et psychique. Par ailleurs, certains considèrent les idéaux comme des abstractions sans importance ni conséquences concrètes. Au contraire, ceux-ci ont un effet jusque dans les profondeurs de notre être. Observez votre passé et vous verrez combien certaines grandes orientations de vie ont pu contribuer à votre mieux-être ou l’inverse. Il est donc très important de développer un idéal élevé, car il sera la nourriture de votre âme.

« Notre vie ne peut être constructive sans un idéal qui équilibre et harmonise nos activités, nos pensées et nos sentiments. »

Les épreuves de la vie

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Brest_2012_-_Terres_et_mers12.JPG

Questions pour apprendre de nos épreuves

« Chaque épreuve doit contribuer à nous faire cheminer. »

Plusieurs expériences désagréables sont des occasions uniques de cheminer. Il est donc important d’avoir l’esprit ouvert afin de percevoir les leçons qui se cachent derrière nos difficultés. Voici quelques questions qui favorisent une telle ouverture :

  1. Est-ce que ma façon d’agir et/ou mon attitude sont la cause de ce problème ou y contribuent ?
  2. Est-ce que d’autres personnes dans la même situation réagiraient de la même façon ?
  3. Quelle est la vérité dans cette situation ? Est-ce que le problème repose sur des hypothèses questionnables ?
  4. Est-ce que j’ai des attentes ou des objectifs irréalists ?
  5. Quelle sera ma perception de ce problème dans un an ?   
  6. Est qu’une croyance ou un préjugé biaise ma perception de ce problème ?
  7. Serais-je moins affecté par ce problème si j’étais calme et reposé ?
  8. Est-ce que cette épreuve a pour effet d’attirer mon attention sur un sujet peu important, qui ne mérite pas mon temps ?
  9. Ai-je une vision incomplète et/ou biaisée de la réalité ? Est-ce que j’ignore des éléments importants ?
  10. Est-ce que je recherche activement une solution à ce problème ?
  11. Est-ce que d’autres personnes ont déjà fait face à ce même problème ? Si oui :
    – Est-ce qu’elles ont déjà surmonté cette épreuve ?
    – Est-ce que j’ai exploré la façon dont elles ont réagi ?

  12. Est-ce que j’ai déjà fait face à ce problème ou à un problème similaire ? Si oui :
    – S’il y a lieu, quelle solution ai-je expérimentée dans le passé ?
    – Quelle a été la séquence d’événements ?
    – Comment améliorer les choses cette fois-ci ?
  13. Est-ce que ce problème peut se répéter dans le futur ?
    – Si oui, qu’est-ce que je peux faire pour le prévenir ?
  14. Finalement, voici des questions qui résument tout :
    – Qu’est-ce que j’ai à apprendre dans cette épreuve ?
    – Est-ce que cette épreuve peut être transformée en opportunité ?

Conclusion :
Certaines épreuves jettent de la lumière sur des réalités qui seraient autrement trop faciles à ignorer. Quand tout va bien, il est facile de vivre dans une certaine inconscience. Heureusement, la vie nous bouscule de temps à autre et nous force à réfléchir. Les épreuves contribuent à jeter de la lumière sur de nouvelles façons de voir les choses, qui seraient autrement demeurées cachées. Ainsi, nos épreuves peuvent être la fondation d’un niveau supérieur de compréhension

« Dès le moment où nous avons une bonne attitude par rapport aux épreuves,
nous tenons en main les rênes de notre destinée. »

Épreuves ou opportunités de cheminer

« Ce sont les épreuves qui nous révèlent.
Elles nous mettent au défi de nous dépasser et de nous voir dans notre propre réalité. »
Philippe Auzenet

l’autre une souffrance importante. Et notre profondeur de vie, notre courage et nos convictions seront alors mis à l’épreuve.Les situations difficiles sont des occasions de progresser vers un mieux-être. Mais au lieu de rechercher ces opportunités de cheminement, la plupart du temps on se plaint, on pousse des cris ou l’on pleure. Il faut transformer les épreuves en tremplin. Pour ce faire, il est nécessaire de s’élever jusqu’à la raison afin de trouver une solution, au lieu de rester toujours en bas dans nos émotions à souffrir.

Relations humaines

.

Aucune relation humaine n’est une perte de temps.

Il y a des êtres qui nous touchent plus que d’autres, sans doute parce que, sans que nous le sachions nous-mêmes, ils portent en eux une partie de ce qui nous manque.

Si l’on va vers les autres le cœur plein d’agressivité, ils nous répondent par leur violence, mais si l’on va vers les autres avec confiance, ils y répondent comme en écho. Ne regrette jamais d’avoir connu une personne dans ta vie. Car les bonnes personnes te donnent du bonheur.

Les mauvaises personnes te donnent de l’expérience, les plus méchantes personnes te donnent une leçon et les meilleures personnes te laissent des souvenirs.

Encourager les autres

 « Sous la carapace de chaque individu se cache une personne qui aspire à être soutenue et encouragée. »

Trop souvent, nous sous-estimons le pouvoir de l’encouragement. Nous aimons tous être soutenus et reconnus pour ce que nous sommes. Puisqu’il est très bénéfique d’être nous-mêmes encouragés, il est tout aussi bénéfique pour les autres de recevoir ce même soutien. Voici des approches simples pour encourager les gens qui nous entourent.

  1. Reconnaître les efforts et succès :
    Reconnaître verbalement la valeur des efforts et succès des autres est une très bonne façon de les encourager. Il ne s’agit pas nécessairement de succès en termes de carrière ou d’étude. Il s’agit de tous types de succès, petits et grands. Voici des exemples : dire que vous êtes fier de lui ou d’elle au sujet :
    — du temps investi dans une cause sociale,
    — du temps donné en tant que bénévole,
    — de l’épreuve difficile qu’il a surmontée,
    — du mérite d’élever ou d’avoir élevé une famille,
    — du courage dont il a fait preuve dans le combat d’une maladie grave,
    — de la persévérance nécessaire pour avoir réussi des examens,
    — du professionnalisme démontré pour obtenir un emploi ou une promotion.
  2. Écrire une lettre ou un courriel (« email ») de remerciement :
    Il n’est pas nécessaire d’attendre de grands évènements pour envoyer un petit mot de remerciement. Vous avez mangé chez un ami, alors envoyez-lui un bref courriel de remerciement. Un collègue vous a aidé à finaliser un long document, alors envoyez-lui un courriel de remerciement. Ne sous-estimez pas l’impact positif de ces petites attentions.
  3. Acheter un présent à un ami ou membre de votre famille :
    N’hésitez pas à faire des cadeaux, petit et grand, à vos proches. Le simple fait que vous ayez pensé à eux est un encouragement important.
  4. Faire des compliments profonds :
    Pour voir les véritables qualités des autres, il faut s’intéresser à eux, et à ce qu’ils font. Il faut parfois un peu de persévérance pour trouver un compliment profond. L’objectif n’est pas de trouver n’importe quel compliment, il s’agit plutôt d’identifier et de mentionner un compliment important qui aura un impact positif chez l’autre.
  5. Parler d’une façon encourageante du futur :
    Certaines personnes ont tendance à voir surtout le côté négatif des choses. Soyez de ceux qui parlent du futur d’une manière encourageante. Il ne s’agit pas de minimiser les défis et les épreuves que les gens vivent, ni d’exagérer les perspectives futuristes. Il s’agit simplement de présenter aussi les joies et opportunités que l’avenir nous réserve. Soyez celui qui voit la vie du bon côté et en parle.

« Quelques mots d’encouragement suffisent parfois à faire naître la joie. »

Conclusion
Être celui qui encourage est un rôle très satisfaisant. Cette façon d’être contribue à notre épanouissement en nous permettant d’être plus proches des autres. Trop souvent, nous sous-estimons l’impact d’une parole de soutien, d’une oreille attentive, d’un compliment ou d’un petit coup de main. Ces gestes ont le pouvoir de transformer le monde une vie à la fois.

« Rien qu’un mot de bonté, mais il a soulevé un coeur qui souffrait.
Rien qu’un mot de sympathie, mais une âme en détresse a été consolée.
Rien qu’un mot d’encouragement, mais un chemin obscur a été illuminé.
Rien qu’un mot d’espérance et de foi, et le jour tout entier a été transformé. »

« Je sème le bonheur avec des mots bienveillants. »

Histoire de Ganesh Créature qui passerait sur le chemin. Ce fut un éléphant….

                              Histoire de Ganesh, Parvati et Shiva

Histoire de Ganesh

Ganesh est le fils de Parvati, l’épouse de Shiva. Elle créa son fils seule, sans Shiva, avec une terre spéciale, du safran et de la rosée. Ganesh, né sans père donc, était un superbe jeune garçon qui adorait sa mère.
Un jour où Parvati désirait prendre un bain, elle confia la garde de la maison à Ganesh, lui interdisant de laisser rentrer qui que ce soit. Ce que fit Ganesh, même quand Shiva lui-même arriva et exprima son souhait de rentrer.
Shiva, qui ne connaissait pas Ganesh, exigea et menaça mais Ganesh tint bon. Les plus féroces des combattants de Shiva furent envoyer contre le jeune homme mais celui –ci se battit avec une force extraordinaire et Shiva ne put le vaincre que par la ruse, le prenant à revers et lui tranchant la tête.
Découvrant son fils décapité, Parvati entra dans une colère noire menaçant de détruire toutes les forces du ciel ce qui constituait la plus terrible des menaces qui soit pour l’ordre du monde, le dharma. Shiva pour apaiser Parvati, ordonna de fixer sur le corps du garçon la tête de la première créature qui passerait sur le chemi. Ce fut un éléphant.

La paresse consciente expliquée

.

Lorsqu’on l’on prend quelque moment de tranquillité, et que l’on laisse remonter à la surface ce qui a vraiment une profondeur, ce qui compte vraiment dans notre existence, on se rend compte de ce qui est essentiel

Lorsqu’on n’interroge pas sa mémoire sur son smartphone pour aller dans le passé ou dans le futur et lorsque vous n’êtes pas présent, c’est comme ouvrir un tiroir remplis de photo ; on est à peu près sûr de savoir ce qui s’y trouve et pourtant on est souvent surpris par ce qui en sort.

Il y a un mixte ingénieux et astucieux qui permet de ne pas oublier le passé tout en lui rendant hommage et en gardant ses souvenirs qu’il soit mauvais ou bon, sans vous égarer dedans. Une chose simple a faire, vous pouvez reconnaître et apprendre des illusions et erreurs que la vie vous a malencontreusement offert, puis outrepassez cela et concentrez-vous sur l’instant, changez cette expérience en positif. Cela s’appelle se pardonner à soi-même et pardonnez à la vie, vous faites une pierre deux coup, vous pardonnez à vous même et à la vie, et c’est une très bonne choses, il faut toujours apprendre de ses erreurs mais ne pas y vivre encore et encore et qu’elle vous gâche la vie.

Néanmoins… la suite en cliquant ici !