Maître Spirituel

Andréas Mamet Vidéo

,

Chaque mardi, Andreas anime :

Suivez votre joie !” de 16h à 17h30 sur Radio Ici et Maintenant – 95.2 FM

Prochaines dates en janvier 2017 : 3, 10, 17 et 24

 

Pour réécouter les émissions, cliquer ici.

 

Par ailleurs, Andreas intervient régulièrement dans des émissions de radio ou de WEB TV :

Au delà du Miroir” de Joëlle VERAIN sur Radio IDFM – 98 FM notamment

“Ana et ses amis” sur la webTV Etoiles du coeur (aujourd’hui arrêtée)

 

Andreas s’attache à décrire avec finesse, sagesse et profondeur certains aspects importants de la spiritualité qui accompagnent la méditation, ce qu’il appelle la psychologie de la méditation.

Il conseille également les auditeurs qui le contactent en direct et leur recommande les mantras adaptés à leur situation.

 

Retrouvez toutes les vidéos sur sa chaine YOU TUBE

 


23 juillet 2015 :

La dernière de la saison de “Suivez votre joie !”. On se retrouve à la rentrée !


“Suivez votre joie !” du 30 juin 2015


29 juin 2015 :

“Suivez votre joie !” du 26 juin 2015



10 juin 2015 :

Andreas reçoit dans “Suivez votre joie” Alain Michel, grand monsieur de l’humanitaire, et actuel président de Terre du Ciel.


29 mai 2015 :

Andreas dans “Suivez votre joie” sur radio Ici et maintenant, 95.2FM. Et Olivier qui lance l’émission et traduit. Une émission qui se veut interactive, dont le but est de faire du salon de l’auditeur un laboratoire d’expérience de la conscience.


19 mai 2015 :

Andreas anime la première de son émission “Suivez votre joie” dans Santé et spiritualité, sur radio Ici et maintenant, 95.2FM. Merci à toutes celles et ceux qui nous ont suivi !


Le 16 avril 2015 : Émission Santé et Spiritualité avec Laurent Fendt sur Radio Ici et Maintenant, 95.2 FM.






Le 10 février 2015, notre dernière émission sur la WebTV Étoiles du Cœur. En effet, à la mi-mars, Jean-Claude Carton, fondateur de la webTV et grand monsieur de la radio, rendait l’âme. Hommage à toi, Jean-Claude.




Le 15 janvier 2015, sur la webTV Etoiles du Coeur, Andreas était invité par Jean-Claude Carton à s’exprimer sur les évènements autour de l’attaque de Charlie Hebdo. Plus de 60 000 internautes ont suivi l’émission !

Extraits du livre Conversations avec Dieu par Neale Donald Walsch

,

Un autre écrivain américain que j’apprécie beaucoup, un génie qui a changé ma vie et ma vision du monde, j’adhère totalement à ses idées

Extraits du livre Conversations avec Dieu

par Neale Donald Walsch

DIEU : “Le sentiment le plus élevé, c’est l’amour parfait, n’est-ce pas ?”
NEALE : “Oui, je crois bien.”
DIEU : “Et peux-tu trouver une meilleure description de Dieu?”
NEALE : “Non, vraiment”
DIEU : “Eh bien, ton âme cherche le sentiment le plus élevé. Elle cherche à ressentir (à être) l’amour parfait. Elle est l’amour parfait et elle le sait. Mais elle veut faire plus que le savoir. Elle veut en faire l’expérience.Bien sûr que tu cherches à être Dieu! Qu’est-ce que tu croyais?” 
NEALE : “Je ne sais pas. Je me pose la question. J’imagine que je n’y ai tout simplement jamais pensé de cette façon. Il semble y avoir là quelque chose de vaguement blasphématoire.” 

DIEU : “N’est-il pas intéressant que tu ne trouves rien de blasphématoire à vouloir ressembler au diable, mais que chercher à ressembler à Dieu t’offense…” 
NEALE : “Oh, minute ! Qui cherche à ressembler au diable ?” 
DIEU : “Toi ! Vous tous ! Vous avez même créé des religions qui vous disent que vous êtes nés dans le péché – que vous êtes pêcheurs de naissance – afin de vous convaincre de votre mauvaise nature. Mais si Je vous disais que vous êtes nés de Dieu – que vous êtes de purs Dieux et Déesses à la naissance – pur amour -, vous Me rejetteriez. Toute ta vie, tu l’as passée à te convaincre que tu es mauvais. Non seulement que tu es mauvais, mais que les choses que tu désires sont mauvaises. Le sexe est mauvais, l’argent est mauvais, la joie est mauvaise, le pouvoir est mauvais, le fait de posséder bien des choses est mauvais, tout, ou presque. Certaines de tes religions t’ont même fait croire qu’il était mauvais de danser, que la musique était mauvaise, qu’il était mauvais de célébrer la vie. Bientôt, tu conviendras qu’il est mauvais de sourire, de rire, d’aimer. Non, non, mon ami, il y a peut-être bien des choses que tu ne sais pas très clairement, mais il y en a une que tu sais clairement: que tu es mauvais, tout comme la plus grande part de ce que tu désires. Ayant porté ce jugement sur toi-même, tu as décidé que tu devais travailler à t’améliorer. C’est bien, d’ailleurs. C’est la même destination de toute façon, seulement, il y a une voie plus rapide, une route plus courte, un parcours plus expéditif.” 

NEALE : “Qu’est-ce que c’est ?” 
DIEU : “C’est d’accepter Qui et Ce Que Tu Es maintenant et de le montrer. 

C’est ce qu’a fait Jésus. C’est la voie du Bouddha, la voie de Krishna, le parcours de tous les Maîtres qui soient apparus sur cette planète. Et de même, chaque Maître apporte le même message : Ce que Je suis, tu l’es. Ce que Je peux faire, tu peux le faire. Ces choses, et d’autres encore, tu les feras aussi. Mais tu n’as pas écouté. Tu as plutôt choisi la voie beaucoup plus difficile de celui que se prend pour le diable, de celui que se croit mauvais. Tu dis qu’il est difficile de suivre la voie du Christ, de suivre les enseignements du Bouddha, de tenir la lampe de Krishna, d’être un Maître. Mais Je te dis ceci: il est beaucoup plus difficile de nier Qui Tu Es que de l’accepter. Tu es la bonté, la miséricorde, la compassion et la compréhension. Tu es la paix, la joie et la lumière. Tu es le pardon et la patience, la force et le courage, celui qui aide en cas de besoin, celui qui réconforte en cas de chagrin, celui qui guérit en cas de blessure, celui qui enseigne en période de confusion. Tu es la sagesse la plus profonde et la vérité la plus élevée: la plus grande paix et le plus grand amour. Tu es cela. Et à certains moments de ta vie, tu t’es connu en tant que tel. Choisis, à présent, de toujours te connaître en tant que tel.” (pages 109 à 111 – Edition Aventure Secrète de J’ai Lu)

Faire et être/Extrait de “Conversations avec Dieu” de Neale Donald Walsch :

DIEU :Faire est une fonction du corps. Etre est une fonction de l’âme. Le corps est toujours en train de faire quelque chose. Chaque minute de chaque jour, il est en train de faire quelque chose. Il n’arrête jamais, il ne se repose jamais, il est constamment en train de faire quelque chose. Il le fait soit au nom de l’âme, soit contre l’âme. C’est la qualité de ta vie qui se trouve en jeu.L’âme est à jamais être. Elle est ce qu’elle est, peu importe ce que fait le corps, et non grâce à ce qu’il fait.Si tu crois que ta vie est centrée sur le faire, tu ne comprends pas ta raison d’être.Ton âme ne se soucie pas de ce que tu fais pour gagner ta vie – et quand ta vie 

sera finie, tu ne t’en soucieras pas non plus. Ce qui compte pour ton âme, c’est uniquement ce que tu es pendant que tu fais ce que tu fais, peu importe quoi. Ce que recherche l’âme, c’est un état d’être et non un état de faire.”
NEALE : “Qu’est-ce que l’âme cherche à être?”
DIEU : “Moi.”
NEALE : “Toi.”
DIEU : “Oui, Moi. Ton âme est Moi, et elle le sait. Ce qu’elle fait, c’est de tenter de ressentir cela. Et ce qu’elle se rappelle, c’est que la meilleure façon d’avoir cette expérience, c’est de ne rien faire. Il n’y a rien d’autre à faire que d’être.”
NEALE : “D’être quoi?”
DIEU : “Tout ce que tu veux être : heureux, triste, faible, fort, joyeux, vengeur, perspicace, aveugle, bon, mauvais, mâle, femelle. Tout ce que tu peux imaginer.Je veux dire littéralement ; tout ce que tu peux imaginer.Mais ce Moi qu’elle cherche à être est très complexe, multidimensionnel, multisensuel. Il y a des millions d’aspects de Moi. Un trillion. Tu vois ? Il y a le profane et le profond, le plus petit et le plus grand, le trivial et le saint, l’affreux et le Divin. Tu vois ?
NEALE : “Oui, oui, je vois… haut et bas, gauche et droite, ici et là, avant et après, bien et mal …”
DIEU : “Précisément. Je suis l’Alpha et l’Omega. Ce n’est pas seulement une jolie phrase ou un concept chic : c’est la Vérité exprimée.Alors, en cherchant à être Moi, l’âme a une tâche grandiose devant elle, un énorme menu d’états d’être à partir duquel elle peut choisir. Et c’est ce qu’elle est en train de fair en ce moment.”
NEALE : “Choisir des états d’être.”
DIEU : “Oui, puis produire les conditions bonnes et parfaites au sein desquelles créer l’expérience de cela. Par conséquent, rien ne t’arrive ou n’arrive par ton intermédiaire si ce n’est pour ton plus grand bien.”
NEALE : “[…] Est-ce que Tu dis que c’est l’état d’être que je choisis qui détermine mon succès matériel?”
DIEU : “Je ne me préoccupe pas de ton succès matériel : toi seul t’en préoccupes.
Les Maîtres véritables sont ceux qui ont choisi de créer leur vie, plutôt que de la gagner.
De certains états d’âme naîtra une vie si riche, si pleine, si magnifique et si gratifiante que tu ne te soucieras ni des biens matériels ni du succès matériel.L’ironie de la vie, c’est que dès que tu ne te préoccupes plus des biens matériels et du succès matériel, la voie est ouverte pour qu’ils circulent dans ta direction.” (pages 206 à 213 – Edition Aventure Secrète de J’ai Lu).

Neale Donald WALSCH

Effets de la polarisation qui s’annonce sur les individus

Comment prendre le contrôle de son mental manipulé par la conscience collective

Extrait de “Conversations avec Dieu” de Neale Donald Walsch :

NEALE : “Comment changer mon idée? Mon idée, c’est mon idée. Mes pensées, mes attitudes, mes idées ne se sont pas créées instantanément. J’imagine qu’elles sont le résultat d’années d’expériences, d’une vie de rencontres. Tu as raison à propos de l’idée que je me fais de l’argent, mais comment puis-je changer cela ?”

DIEU : “C’est peut-être la question la plus intéressante du livre. La méthode habituelle de création, pour la plupart des humains, est un processus en trois étapes impliquant la pensée, la parole et l’action.
D’abord vient la pensée : l’idée formatrice, le concept initial. Puis vient la parole. La plupart des pensées finissent par former des paroles, écrites ou orales. Cela donne un monde où elle peut être remarquée par d’autres.
Finalement, dans certains cas, les paroles sont mises en action, et on obtient ce qu’on appelle un résultat : une manifestation, dans le monde physique, de ce qui a commencé par une pensée.
Tout, autour de toi, dans le monde que l’homme a créé, est né ainsi, ou d’une variante. Les trois centres de création ont été utilisés.
A présent vient la question : comment changer une pensée racine?
Oui, c’est une très bonne question. Elle est très importante, car si les humains ne changent pas quelques unes de leurs pensées racines, l’humanité pourrait se condamner elle-même à l’extinction.
La façon la plus rapide de changer une pensée racine, ou une idée qui parraine, est d’inverser le processus pensée-parole-action.”

NEALE : “Explique-moi.”

DIEU : “Pose le geste à propos duquel tu veux avoir la nouvelle pensée. Puis, prononce les paroles à propos desquelles tu veux avoir la nouvelle pensée. Si tu fais cela assez souvent, tu formeras le mental à penser d’une nouvelle façon.”

NEALE : “Former le mental? N’est-ce pas du contrôle mental? N’est-ce pas de la manipulation mentale?”

DIEU : “Sais-tu dans quelle mesure ton mental a engendré les pensées qu’il entretient maintenant? Sais-tu que c’est ton monde qui a manipulé ton mental pour qu’il pense comme tu le fais ? Ne vaudrait-il pas mieux que ce soit toi qui manipules ton mental, plutôt que le monde?
Ne vaudrait-il pas mieux, pour toi, de former les pensées que tu veux avoir, plutôt que celles des autres? N’es-tu pas mieux armé avec des pensées créatives plutôt qu’avec des pensées réactives?

Mais ton mental est rempli de pensées réactives – de pensées qui naissent de l’expérience des autres. Un très petit nombre de tes pensées naissent de données que tu as produites, encore moins de préférences que tu as produites.
Ta propre pensée de base à propos de l’argent en est un exemple primordial. Ta pensée à propos de l’argent (c’est mauvais) va directement à l’encontre de ton expérience (c’est magnifique d’avoir de l’argent!). Alors, afin de justifier ta pensée racine, tu dois courir dans tous les sens et te mentir à propos de ton expérience.
Tu es tellement enfoncé dans cette pensée qu’il ne te vient jamais à l’esprit que l’idée que tu te fais à propos de l’argent puisse être incorrecte.
Le moment est maintenant venu de produire ta propre information. C’est ainsi que nous changeons une pensée de base, et que nous en faisons ta pensée de base et non celle d’un autre.” (pages 199 à 201).

Oubliez la religion

Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch

DIEU : Retournez à la spiritualité. Oubliez la religion.

NEALE : Pourquoi dis-Tu : oubliez la religion ?

DIEU : Parce qu’elle n’est pas bonne pour vous. Comprends que pour avoir du succès, la religion organisée doit faire croire aux gens qu’ils en ont besoin. Pour que les gens prêtent foi à quelque chose, ils doivent d’abord perdre la foi en eux-mêmes. Alors, la première tâche de la religion organisée est de vous faire perdre la foi en vous-mêmes. La seconde tâche est de vous faire voir qu’elle possède les réponses que vous n’avez pas. Et la troisième et la plus importante est de vous faire accepter ses réponses sans poser de questions.Si vous posez des questions, vous commencez à revenir à cette Source intérieure. La religion ne peut vous le permettre, car vous êtes susceptibles de trouver une réponse différente de celle qu’elle a cherchée. Alors, la religion doit vous faire douter de votre propre capacité de penser clairement. Le problème, avec la religion, c’est que très souvent, cela refoule, car si vous ne pouvez accepter sans le moindre doute vos propres pensées, comment pouvez-vous ne pas douter des nouvelles idées à propos de Dieu que la religion vous a données ?Bientôt, vous douterez même de Mon existence, dont, ironiquement, vous n’avez jamais douté auparavant. Lorsque vous viviez selon votre connaissance intuitive, vous ne me compreniez peut-être pas complètement, mais vous saviez certainement que J’étais là !C’est la religion qui a créé les agnostiques.Quiconque pense clairement et regarde ce que la religion a fait doit prendre pour acquis que la religion n’a aucun Dieu ! Car c’est la religion qui a rempli les cœurs des hommes de la peur de Dieu, tandis qu’avant, l’homme aimait Ce Qui Est dans toute sa splendeur.C’est la religion qui a ordonné aux hommes de s’incliner devant Dieu, tandis qu’avant l’homme se levait dans un joyeux mouvement.C’est la religion qui a chargé l’homme d’inquiétudes à propos de la colère de Dieu, tandis qu’auparavant l’homme cherchait Dieu pour alléger son fardeau !C’est la religion qui a dit à l’homme d’avoir honte de son corps et de ses fonctions les plus naturelles, alors qu’auparavant l’homme célébrait ces fonctions comme les plus grands cadeaux de la vie !C’est la religion qui vous a enseigné que vous deviez avoir un intermédiaire afin d’atteindre Dieu, tandis qu’avant vous aviez l’impression d’atteindre Dieu vous-mêmes, en vous contentant de vivre votre vie dans la bonté et la vérité.Et c’est la religion qui a ordonné aux humains d’adorer Dieu, tandis qu’avant les humains adoraient Dieu parce qu’il était impossible de ne pas le faire !

Partout où elle est passée, la religion a créé la division qui est à l’opposé de Dieu.La religion a séparé l’homme de Dieu, l’homme de l’homme, l’homme de la femme ; certaines religions disent en fait à l’homme qu’il est au-dessus de la femme, alors même qu’elles proclament que Dieu est au-dessus de l’homme, mettant ainsi en place l’un des plus grands travestissements jamais imposé à la moitié de la race humaine.
Je te dis ceci : Dieu n’est pas au-dessus de l’homme, et l’homme n’est pas au-dessus de la femme, ce n’est pas « l’ordre naturel des choses ». Mais tous ceux qui ont du pouvoir (c’est-à-dire les hommes) voulaient qu’il en soit ainsi lorsqu’ils ont fondé leurs religions sur le culte du masculin, écartant systématiquement de leur version finale des « écritures saintes » la moitié de leur contenu et déformant le reste pour l’adapter au moule de leur modèle masculin du monde.
C’est la religion qui prétend encore aujourd’hui que les femmes sont en quelque sorte inférieures, en quelque sorte des citoyens spirituels de seconde zone, en quelque sorte mal « adaptées » à l’enseignement de la parole de Dieu, à la prédication de la Parole de Dieu, ou à la prêtrise. Comme des enfants, vous êtes encore en train de vous disputer à propos de l’ordination des femmes ! Je te dis ceci : Vous êtes tous des prêtres. Chacun de vous.Il n’y a pas une personne ou une classe de gens qui soit mieux « adaptée » qu’une autre pour accomplir Mon œuvre.Mais un si grand nombre de vos hommes ressemblent exactement à vos pays. Affamés de pouvoir, ils n’aiment pas le partager, ils ne veulent que l’exercer. Et ils ont construit le même genre de Dieu. Un Dieu affamé de pouvoir. Un Dieu qui n’aime pas partager le pouvoir mais tout simplement l’exercer. Mais Je te dis ceci : le plus grand cadeau de Dieu est le partage du pouvoir de Dieu.Je préfère que vous soyez comme Moi. (Pages 328 à 331 – Edition J’ai Lu Aventure Secrète)

Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch
J’ai dit : « Dieu est tout et Dieu devient tout. Il n’y a rien que Dieu ne soit pas et tout ce dont Dieu fait l’expérience de Lui-même, Dieu en fait l’expérience, en tant que, et à travers toi. » Sous ma forme la plus pure, Je suis l’Absolu. Je suis Absolument Chaque Chose, et par conséquent Je n’ai besoin de rien, Je ne veux et Je n’exige absolument rien.Dans ma forme absolument pure, Je suis tel que tu Me fais. C’est comme si enfin tu voyais Dieu et que tu disais : « Eh bien, qu’est-ce que c’est que ça ? » Mais peu importe ce que vous faites de Moi, Je ne peux oublier et je reviendrai toujours à ma Forme la Plus Pure. Tout le reste est une fiction. C’est quelque chose que tu es en train d’inventer.Certains voudraient faire de Moi un Dieu jaloux ; mais qui pourrait être jaloux alors qu’on a, et qu’on est, Tout ?Certains voudraient que Je sois un Dieu coléreux ; mais qu’est-ce qui pourrait Me mettre en colère alors que JE ne peux être blessé ni estropié d’aucune façon ?

Certains voudraient faire de moi un Dieu vengeur ; mais sur qui jetterais-Je ma vengeance, puisque tout ce qui existe est Moi ?Et pourquoi Me punirais-Je pour avoir tout simplement créé ? Ou, si tu dois considérer que nous sommes séparés, pourquoi t’aurais-Je créé, t’aurais-Je donné le pouvoir de créer, t’aurais-Je donné la liberté de créer ce dont tu veux faire l’expérience, pour ensuite te punir à jamais d’avoir fait le « mauvais » choix ?Je te dis ceci : je ne ferais rien de tel, et sur cette vérité repose ta liberté par rapport à la tyrannie de Dieu.
En vérité, il n’y pas de tyrannie, sinon dans ton imagination.Tu peux revenir chez toi chaque fois que tu le voudras. L’extase de ton union avec Moi est à nouveau à ta portée. En un clin d’œil. Quand tu sentiras le vent sur ton visage. Quand tu entendras un criquet sous un ciel de diamants par une nuit d’été.A la première vue d’un arc-en-ciel et au premier cri d’un nouveau-né. Au dernier rayon d’un crépuscule spectaculaire et au dernier souffle d’une vie spectaculaire.Je serai toujours avec toi, même jusqu’à la fin des temps. Ton union avec Moi est complète ; elle a toujours été, l’est toujours et le sera toujours. Toi et Moi ne faisons qu’Un, maintenant et à jamais.Va, maintenant, et fais de ta vie une affirmation de cette vérité.Fais en sorte que tes jours et tes nuits soient des reflets de l’idée la plus élevée qui soit en toi. Laisse tes instants présents se remplir de l’extase spectaculaire de Dieu qui se manifeste par toi. Fais-le par l’expression de ton Amour, éternel et inconditionnel, pour tous ceux dont tu atteins la vie. Sois une lueur dans l’obscurité, et ne maudis pas celle-ci…Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch (Pages 332-333 – Edition J’ai Lu Aventure Secrète)

Extrait:Conversation Avec Dieu/Neale Donald walsch  Chapitre 29 de Retour à Dieu …

Dès que vous céderez à l’amour et que vous le laisserez vous mener exactement là où votre âme veut aller, vous n’aurez aucune difficulté.Tu as déjà mentionné la méditation, la prière profonde, certaines disciplines (tels yoga, taï chi), la danse et le rituel comme moyens d’augmenter l’harmonie, la paix et l’état de résonance ou d’union avec le Divin. Peux-tu indiquer d’autres « trucs »

Eh bien, nous allons encore rencontrer des problèmes linguistiques. Il est très difficile de décrire certaines expériences dans le cadre limité des mots. C’est pourquoi je vous ai tous encouragés à former des images, autant que possible. Même si les images de votre esprit sont des métaphores, elles sont souvent plus à même de vous apporter le sentiment de « connaissance Par « centration de la présence entière », j’entends ces moments où chacun est pleinement présent quand cela se produit dans sa vie, des moments où pas une seule partie de son corps, de son esprit ou de son âme n’est « ailleurs ». 
La plupart des gens y parviennent rarement, mais les personnes qui ont une réelle volonté d’y arriver peuvent le faire régulièrement.Avec détermination, vous pouvez détacher votre esprit de tout le reste et le diriger immédiatement vers cet instant. Certains d’entre vous appellent cette expérience la « centration », ou la « présence » entière.
Ram Dass a écrit un livre à ce sujet, intitulé Be Here Now. Il y a aussi l’ouvrage plus récent d’ Eckhart Tolle, Le Pouvoir du moment présent. (ed. Ariane)On peut notamment atteindre cet état d’être en se regardant dans un miroir. C’est un outil incroyablement fort, et plus simple qu’il n’y paraît.Il ne faut surtout pas détourner les yeux si ce regard profond vous rend mal à l’aise. Si vous êtes capable de soutenir votre regard pendant plus de dix secondes, vous commencerez à ressentir une telle compassion et un tel amour pour vous-même que vous ne saurez presque pas quoi en faire. Il vous sera peut-être même très difficile d’absorber ces sentiments si vous n’avez pas l’habitude de vous aimer – ce qui est le cas de la plupart des gens, hélas. Contentez-vous de rester présent à ces sentiments et de les accueillir.

Continuez de regarder de plus en plus profondément dans vos yeux. Si vous utilisez un miroir à main, vous pouvez vous asseoir et poursuivre. Puis, soudain, après avoir regardé profondément dans vos propres yeux aussi longtemps que vous le pouvez, fermez simplement et rapidement les yeux, et rester présent au sentiment qui s’en suit. Très souvent, vous vous sentirez fusionné à l’Essence. Cela pourrait ne durer qu’un moment – ou le reste de la journée.
Si vous avez un compagnon de vie ou un ami proche, tentez une variante de ce processus en regardant profondément dans les yeux de l’autre. Encore une fois, ne détournez pas les yeux, même si ce regard profond devient gênant. Cela passera bientôt, et vous fondrez dans une douceur et un éclat intérieur en vous sentant fusionner avec le Soi de l’autre.Ce que vous voyez lorsque vous regardez profondément dans vos propres yeux ou ceux d’une autre personne, c’est l’âme. Les yeux sont les fenêtres de l’âme.
Comme je l’ai dit plutôt – rappelez-vous-, si vous regardez dans les yeux de quelqu’un d’autre, ou dans vos propres yeux, en vous attendant à y voir Dieu, vous le verrez. Si vous ne vous y attendez pas, vous ne le verrez pas. D’une manière ou d’une autre, cependant, vous deviendrez véritablement présent. Et devenir pleinement présent à l’ici-maintenant est un moyen très efficace d’éliminer les distractions et les excursions de l’esprit vagabond et de vous ramener à une expérience beaucoup plus élevée de la vie que vous vivez.

Vous ne pouvez regarder dans les yeux d’une autre créature vivante sans devenir pleinement présent. Cela inclut votre chien, votre chat, et même un animal sauvage. Arrêtez-vous net et fixez les yeux d’un animal sauvage – un lion, un tigre ou un ours – et voyez si vous ne vous sentez pas pleinement présent.Il est particulièrement difficile de regarder un autre humain dans les yeux pour une période de temps quelconque sans se mettre à en tomber amoureux. C’est pourquoi les gens détournent si rapidement les yeux. Ils n’osent pas se regarder dans les yeux très longtemps, car l’amour qui s’ensuivrait les renverserait. Mais s’ils sont ainsi renversés, c’est qu’ils ne savent que faire de cet amour.
Dès que vous céderez à l’amour et que vous le laisserez vous mener exactement là où votre âme veut aller, vous n’aurez aucune difficulté. Toute lutte cessera alors, et vous connaîtrez l’Union.C’est ce qui se passe au Moment de Fusionnement, au moment de l’Emersion totale avec l’essence. C’est une façon de commencer – ou de terminer – une journée dans la guérison.Ou de terminer une vie, semble-t-il. Tu affirmes, n’est-ce pas, que certaines personnes peuvent faire l’expérience de cette fusion, de fondre dans l’union, au cours de leur vie physique, mais que tous les gens en font l’expérience au moment de leur mort ? Est-ce que j’ai bien compris ?Tout à fait. Personne n’est exclu, personne n’est disqualifié ni abandonné.

Que dirait Dieu face à la plupart de nos questions ? Dans ce livre devenu best-seller, N. D. Walsch fait parler Dieu sur des questions universelles et ordinaires. Dieu ou N.D.Walsh, finalement, peu importe, tant la qualité des réponses est remarquable et parce que ce livre n’est à prendre au pied de la lettre, il est d’abord fait pour nous faire réfléchir avec humour et sagesse sur les questions essentielles de la vie.

Ce mois-ci, nous vous en proposons un extrait sur l’argent : Pourquoi est-ce que je n’attire jamais suffisamment d’argent dans ma vie ?

J’aimerais revenir à ma liste de questions. J’aimerais les revoir en détail. Nous pourrions consacrer tout un livre aux relations personnelles; je suis bien placé pour le savoir. Mais alors, je n’arriverais jamais à mes autres questions.

Il y aura d’autres moments, d’autres lieux et même d’autres livres. Je suis avec toi. Passons à autre chose, nous y reviendrons si nous en avons le temps.

D’accord. Voici ma question suivante Pourquoi est-ce que je n’attire jamais suffisamment d’argent dans ma vie? Suis-je destiné à économiser sur tout à tout jamais? Qu’est-ce qui m’empêche de réaliser mon plein potentiel à cet égard?

Cet état ne se manifeste pas seulement chez toi, mais chez un grand nombre de gens.

Tout le monde me dit que c’est un problème d’estime de soi; un manque d’estime de soi. Une douzaine d’enseignants du Nouvel Âge m’ont dit que tout manque peut toujours être relié à un manque d’estime de soi.

C’est une simplification commode. Dans ce cas, tes enseignants ont tort. Tu ne souffres pas d’un manque d’estime de soi. En vérité, ton plus grand défi, toute ta vie, a été de contrôler ton ego. Selon certains, c’est un cas d’excès d’estime de soi!

Eh bien, je me sens à nouveau gêné et peiné, mais Tu as raison.

Tu dis sans cesse que tu es gêné et peiné chaque fois que Je te dis tout simplement la vérité à ton propos. La gêne est la réaction d’une personne qui a encore un investissement de l’ego dans la façon dont les autres la voient. Invite-toi à dépasser cela. Essaie une nouvelle réaction. Essaie le rire.

D’accord.

Ton problème n’est pas l’estime de soi. Tu es doté d’une abondante estime de soi, comme la plupart des gens. Vous avez tous une opinion très élevée de vous~mêmes, à raison d’ailleurs. Alors, pour la très grande majorité des gens, le problème n’est pas là.

Quel est-il, alors?

Le problème est un manque de compréhension des principes d’abondance, habituellement ajouté à un très grand manque de jugement à propos de ce qui est “bon” et de ce qui est “mauvais”.

Permets-moi de te donner un exemple.

S’il Te plaît.

Tu entretiens la pensée que l’argent est mauvais. Tu entretiens également la pensée que Dieu est bon. Mille fois merci! Par conséquent. dans ton système de pensée, Dieu et l’argent ne font pas bon ménage.

Ce qui rend les choses intéressantes, c’est que tu peux difficilement considérer l’argent comme une bonne chose.

C’est-à-dire que si tu trouves qu’une chose est très “bonne”, tu lui accordes une valeur moindre en termes monétaires. Alors, “meilleure” elle est (c’est-à-dire plus grande est sa valeur), moins elle vaut en termes d’argent.

Tu n’es pas le seul dans ce cas toute ta société entretient cette croyance. Par conséquent, vos enseignants reçoivent un salaire dérisoire et les strip-teaseuses, une fortune. Vos leaders font si peu, en comparaison des vedettes du sport, qu’ils se croient obligés de voler pour compenser la différence. Vos prêtres et vos rabbins vivent de pain et d’eau alors que vous lancez de l’argent aux vedettes du spectacle.

Penses-y si tu accordes à une chose une valeur intrinsèque élevée, tu insistes pour qu’elle soit bon marché. Le chercheur scientifique solitaire qui cherche un remède au sida quémande sans cesse de l’argent, tandis que la femme qui écrit un livre sur les cent nouvelles façons de faire l’amour et produit des cassettes et des séminaires de fins de semaine pour l’accompagner… récolte une fortune.

Cette façon de penser contradictoire est une propension que vous avez; elle vient d’une idée fausse.

Cette idée fausse, c’est celle que vous entretenez sur l’argent. Vous aimez l’argent, mais vous dites que c’est la racine de tout mal. Vous l’adorez, mais vous l’appelez “fric”. Vous dites qu’une personne est “salement riche”. Et si une personne devient vraiment riche en faisant de “bonnes” choses, elle devient immédiatement suspecte. Vous dites que c’est “mauvais”.

Ainsi, un médecin ne doit pas gagner trop d’argent, à moins d’apprendre à être discret sur ce point. Et un pasteur – holà! Il vaut vraiment mieux qu’il ou elle ne gagne pas beaucoup d’argent (en prenant pour acquis que vous laisseriez une femme être pasteur), sinon, il ou elle aura à coup sûr des problèmes.

Tu vois, dans ton esprit, une personne qui choisit la vocation la plus élevée doit être la moins bien payée…

Hmmm.

Oui, “hmmm”, tout à fait. Penses-y comme il faut, car c’est une idée complètement fausse.

Je croyais que le bien et le mal n’existaient pas.

C’est vrai, Il n’y a que ce qui te sert et ce qui ne te sert pas. Les termes “bon” ou “mauvais” sont relatifs, et les seules fois où Je les utilise, c’est ainsi. Dans ce cas-ci, en relation avec ce qui te sert (par rapport à ce que tu dis vouloir), tes idées sur l’argent sont fausses.

Rappelle-toi, les pensées sont créatives. Alors, si tu crois que l’argent est mauvais mais que tu te crois bon… eh bien, tu peux voir le conflit.

Alors toi, en particulier, Mon fils, tu agis carrément en fonction de cette conscience collective. Pour la plupart des gens, le conflit n’est pas aussi énorme que pour toi. Comme la plupart des gens font des choses qu’ils détestent pour gagner leur vie, ils n’ont pas d’objection à recevoir de l’argent en retour. Un “mal” pour un “mal”, pour ainsi dire. Mais toi, tu aimes ce que tu fais de ta vie. Tu adores les activités dont tu la remplis à craquer.

Donc, le fait de recevoir de grosses sommes d’argent en échange de tes services serait, dans ton système de pensée, recevoir un “mal” pour un “bien” et c’est inacceptable à tes yeux. Tu préférerais crever de faim plutôt que de recevoir du “fric” pour un pur service… comme si, d’une certaine façon, le service perdait sa pureté si tu recevais de l’argent en échange.

On obtient alors cette véritable ambivalence à propos de l’argent. Une part de toi le rejette et une part de toi a du ressentiment de ne pas en avoir. L ‘univers ne sait pas quoi faire de cela, car il a reçu deux pensées différentes de ta part. C’est pourquoi ta vie, en ce qui concerne l’argent, connaît des hauts et des bas, car tu vas de haut en bas à propos de l’argent.

Ton point de vue n’est pas clair; tu n’es pas vraiment certain de ce qui est vrai pour toi. Et l’univers n’est qu’une grande photocopieuse; elle ne produit que des copies multiples de tes pensées.

Par conséquent, il n’y a qu’une façon de changer tout cela tu dois changer l’idée que tu t’en fais.

Comment changer mon idée? Mon idée, c’est mon idée. Mes pensées, mes attitudes, mes idées ne se sont pas créées instantanément. J’imagine qu’elles sont le résultat d’années d’expériences, d’une vie de rencontres. Tu as raison à propos de l’idée que je me fais de l’argent, mais comment puis-je changer cela?

C’est peut-être la question la plus intéressante du livre. La méthode habituelle de création, pour la plupart des humains, est un processus en trois étapes impliquant la pensée, la parole et l’action.

D’abord vient la pensée l’idée formatrice, le concept initial. Puis vient la parole. La plupart des pensées finissent par former des paroles, écrites ou orales. Cela donne un supplément d’énergie à la pensée et la pousse dans le monde où elle peut être remarquée par d’autres.

Finalement, dans certains cas, les paroles sont mises en action, et on obtient ce qu’on appelle un résultat, une manifestation, dans le monde physique, de ce qui a commencé par une pensée.

Tout, autour de toi, dans le monde que l’homme a créé, est né ainsi, ou d’une variante. Les trois centres de création ont été utilisés.

À présent vient la question comment changer une pensée racine?

Oui, c’est une très bonne question. Elle est très importante, car si les humains ne changent pas quelques-unes de leurs pensées racines, l’humanité pourrait se condamner elle-même à l’extinction.

La façon la plus rapide de changer une pensée racine, ou une idée qui parraine, est d’inverser le processus pensée-parole-action.

Explique-moi.

Pose le geste à propos duquel tu veux avoir la nouvelle pensée. Puis, prononce les paroles à propos desquelles tu veux avoir la nouvelle pensée. Si tu fais cela assez souvent, tu formeras le mental à penser d’une nouvelle façon.

Former le mental? N’est-ce pas du contrôle mental? N’est-ce pas de la manipulation mentale?

Sais-tu dans quelle mesure ton mental a engendré les pensées qu’il entretient maintenant? Sais-tu que c’est ton monde qui a manipulé ton mental pour qu’il pense comme tu le fais? Ne vaudrait-il pas mieux que ce soit toi qui manipules ton mental, plutôt que le monde?

Ne vaudrait-il pas mieux, pour toi, de former les pensées que tu veux avoir, plutôt que celles des autres? N’es-tu pas mieux armé avec des pensées créatives plutôt qu’avec des pensées réactives?

Mais ton mental est rempli de pensées réactives – de pensées qui naissent de l’expérience des autres. Un très petit nombre de tes pensées naissent de données que tu as produites, encore moins de préférences que tu as produites.

Ta propre pensée de base à propos de l’argent en est un exemple primordial. Ta pensée à propos de l’argent (c’est mauvais) va directement à l’encontre de ton expérience (c’est magnifique d’avoir de l’argent!). Alors, afin de justifier ta pensée racine, tu dois courir dans tous les sens et te mentir à propos de ton expérience.

Tu es tellement enfoncé dans cette pensée qu’il ne te vient jamais à l’esprit que l’idée que tu te fais à propos de l’argent puisse être incorrecte.

Le moment est maintenant venu de produire ta propre information.

C’est ainsi que nous changeons une pensée de base, et que nous en faisons ta pensée de base et non celle d’un autre.

En passant, tu as une autre pensée, à propos de l’argent, que Je n’ai pas encore mentionnée.

Quelle est-elle?

Qu’il n’y en a pas assez. En fait, tu entretiens cette pensée de base à propos d’à peu près tout. Pas assez d’argent, pas assez de temps, pas assez d’amour, pas assez de nourriture, d’eau, de compassion dans le monde… Peu importe ce qu’il y a de bon, il n’y en a tout simplement pas assez.

Cette conscience de race, établie autour du “pas assez”, crée et recrée le monde tel que tu le vois.

D’accord, alors j’ai deux pensées de base (pensées racines) à changer à propos de l’argent.

Au moins deux et probablement bien davantage. Voyons… l’argent est mauvais.., l’argent est rare.., on ne peut recevoir d’argent pour accomplir l’œuvre de Dieu (c’est une pensée importante pour toi)… l’argent n’est jamais gratuit… l’argent ne pousse pas dans les arbres (alors qu’en fait, il y pousse)… l’argent corrompt…

Je vois que j ‘ai un long chemin à parcourir.

Oui, c’est vrai, si tu n’es pas heureux de ta présente situation financière. D’autre part, tu dois comprendre que tu es malheureux de ta présente situation financière parce que tu es malheureux de ta présente situation financière.

Tu es parfois difficile à suivre.

Tu es parfois difficile à guider.

Écoute, c’est Toi le Dieu, ici. Pourquoi est-ce que Tu ne formules pas cela de telle façon que ce soit facile à comprendre?

C’est ce que j’ai fait.

Alors, pourquoi est-ce que Tu ne fais pas en sorte que je comprenne, si c’est ce que Tu veux vraiment?

Ce que Je veux vraiment, c’est ce que tu veux vraiment – ni plus, ni moins. Ne vois-tu pas que c’est le plus grand cadeau que Je t’aie fait? Si Je voulais que tu aies autre chose que ce que tu veux, puis si Je faisais en sorte que tu l’obtiennes, où serait ton libre choix? Comment peux-tu être un être créatif si Je dicte ce que tu seras, feras et auras? Ma joie est dans ta liberté non dans ton obéissance.

D’accord. Que voulais-Tu dire en affirmant que je suis malheureux de ma situation financière parce que je suis malheureux de ma situation financière?

Tu es ce que tu crois être. Quand ta pensée est négative, cela devient un cercle vicieux. Tu dois trouver une façon de briser le cercle.

Une grande part de ton expérience actuelle est fondée sur ta pensée antérieure. La pensée mène à l’expérience, qui mène à la pensée qui mène à l’expérience. Lorsque la pensée racine est joyeuse, cela peut produire une joie constante. Lorsque la pensée racine est infernale, cela peut provoquer, et cela provoque, un enfer continuel.

Le truc, c’est de changer la pensée racine. J’étais sur le point de te montrer comment.

Vas-y.

Merci.

Il faut d’abord inverser le paradigme pensée-parole-action. Te rappelles-tu le vieil adage “Pense avant d’agir”?

Oui.

Eh bien, oublie-le. Si tu veux changer une pensée de base, tu dois agir avant de penser.

Exemple: tu marches dans la rue et tu rencontres une vieille dame qui demande des sous. Tu t’aperçois que c’est une sans-abri et qu’elle vit au jour le jour. Tu sais instantanément que, même si tu as peu d’argent, tu en as sûrement assez pour partager avec elle. Ta première impulsion, c’est de lui donner de la monnaie. Il y a même une part de toi qui est prête à fouiller dans ta poche pour y chercher un billet, une petite coupure, peut-être un billet de cinq. Peu importe, fais en sorte que ce soit un moment grandiose pour elle. Comble-la.

Alors, la pensée intervient. Quoi, t’es fou? On n’a qu’une poignée de billets pour passer la journée! Tu veux lui en donner un? Tu commences alors à fouiller dans ta poche.

Encore la même pensée : eh, eh, allons, tu n’es pas riche au point de pouvoir tout simplement donner tes billets! Donne-lui des sous, pour l’amour du ciel, et allons-nous en.

Tu fouilles rapidement dans l’autre poche pour essayer d’en sortir des pièces. Tes doigts ne trouvent que des sous. Tu es gêné. Te voilà, tout habillé, bien nourri et tu marchandes avec cette pauvre femme qui n’a rien.

Tu essaies en vain de trouver une ou deux pièces de monnaie convenables. Oh, il y en a une, au fond de ta poche. Mais maintenant, tu l’as dépassée, en souriant faiblement et il est trop tard pour revenir sur tes pas. Elle n’en retire rien. Tu n’en retires rien, toi non plus, au lieu d’avoir la joie de connaître ton abondance et de la partager, tu te sens à présent aussi pauvre que cette femme.

Pourquoi ne lui as-tu pas tout simplement donné les billets de banque! C’était ta première impulsion, mais ta pensée s’est soudainement mise en travers.

La prochaine fois, décide d’agir avant de penser. Donne l’argent. Vas-y! Tu en as et il en viendra bien davantage. C’est la seule pensée qui te sépare de cette sans-abri. Tu sais clairement qu’il en viendra davantage mais elle, elle ne le sait pas.

Lorsque tu voudras changer une pensée de base, agis selon la nouvelle pensée que tu as. Mais tu dois agir rapidement, sinon ton esprit va tuer l’idée avant que tu t’en rendes compte. Je veux dire littéralement que l’idée, la nouvelle vérité, sera morte en toi avant que tu aies la chance de la connaître.

Alors, lorsque l’occasion se présentera, agis rapidement, et si tu fais cela assez souvent, ton esprit va bientôt saisir l’idée. Ce sera ta nouvelle pensée.

Oh, je viens de saisir quelque chose! Est-ce ce qu’on entend par le Mouvement de la pensée nouvelle?

Si ce n’est pas cela, ce devrait l’être. La pensée nouvelle, c’est ta seule chance. C’est ta seule véritable occasion d’évoluer, de grandir, de vraiment devenir Qui Tu Es Vraiment.

À présent, ton esprit est rempli de vieilles pensées. Non seulement de vieilles pensées, mais surtout les vieilles pensées de quelqu’un d’autre. Il est important, à présent, il est temps de changer d’idée à propos de certaines choses. C’est cela, l’évolution.

Neale Donald WALSCH

Conversation avec Dieu » de Neale Donald Walsch
Tome 2, chapitre 2, extraits
Alors, dis-moi encore. Pourquoi est-ce que je mets tellement de temps à créer la réalité que je
choisis?
Pour un certain nombre de raisons. Parce que tu ne crois pas pouvoir avoir ce que tu choisis. Parce
que tu ne sais pas quoi choisir. Parce que tu essaies sans cesse de te figurer ce qu’il y a de «mieux»
pour toi. Parce que tu veux à l’avance des garanties sur tes choix. Et parce que tu changes sans cesse
d’idée!
Voyons si je comprends bien. Je ne devrais pas essayer de déterminer ce qu’il y a de mieux pour
moi?
«Mieux» est un terme relatif, en rapport avec cent variables. Cela rend les choix très difficiles. II ne
devrait y avoir qu’une seule considération lorsqu’on décide quoi que ce soit : Est-ce que cela affirme
Qui Je Suis? Est-ce que cela annonce Qui Je Choisis d’Être? Toute la vie doit être une telle
déclaration. En fait, toute la vie en est une.
Tu peux laisser cette déclaration se faire par hasard ou par choix. Une vie vécue par choix est une
vie d’actions conscientes. Une vie vécue au hasard est une vie de réactions inconscientes. La
réaction n’est que cela : une action que tu as déjà accomplie. Lorsque tu «ré-agis», tu évalues
l’information qui entre, fouilles ta banque de mémoire à la recherche de la même expérience ou
presque, et agis de la même façon qu’avant. C’est un travail de l’esprit, et non de l’âme. Ton âme
voudrait que tu fouilles sa «mémoire» pour voir comment tu pourrais créer une expérience
véritablement authentique de Toi dans l’Instant présent. C’est l’expérience d’«introspection» dont tu
as si souvent entendu parler, mais tu dois littéralement «perdre la tête» pour la faire.
Lorsque tu passes ton temps à essayer de découvrir ce qui vaut «mieux» pour toi, tu perds ton
temps. Mieux vaut gagner du temps qu’en perdre. Perdre la tête est une façon magnifique de gagner
du temps. Les décisions sont rapides, les choix sont rapidement activés, parce que ton âme ne crée
qu’à partir de l’expérience présente, sans examen, ni analyse, ni critique des rencontres passées.
Rappelle-toi ceci : l’âme crée, l’esprit réagit.
….
L’âme veut se connaître de façon expérientielle, et ainsi, Me connaître, car l’âme comprend que Toi
et Moi ne faisons qu’Un, même si l’esprit nie cette vérité et que le corps agit à partir de ce déni. Par
conséquent, aux moments de grande décision, perds la tête et cherche ton âme. L’âme comprend ce
que l’esprit ne peut concevoir.
Si tu passes ton temps à essayer d’imaginer ce qui vaut «mieux» pour toi, tes choix seront prudents,
tes décisions s’éterniseront et ton voyage débutera sur une mer d’attentes. Si tu ne fais pas attention,
tu vas te noyer dans tes attentes.
Ouf! C’est toute une réponse! Mais comment écouter mon âme? Comment reconnaître la vérité de
ce que j’entends?
L’âme te parle sous forme de sentiments. Écoute tes sentiments. Suis tes sentiments. Respecte tes
sentiments.
….
Certains sentiments sont des sentiments véritables, c’est-à-dire des sentiments nés dans l’âme, et
certains sont contrefaits. Ces derniers sont des constructions de ton esprit. Autrement dit, ce ne sont
pas du tout des «sentiments», ce sont des pensées, des pensées déguisées en sentiments.
Ces pensées sont fondées sur ton expérience antérieure et sur l’expérience des autres telle que tu l’as
observée. Tu vois quelqu’un grimacer en se faisant extraire une dent; tu grimaces lorsque tu te fais
extraire ta dent. Cela ne fait peut-être même pas mal, mais tu grimaces de toute façon. Ta réaction
n’a rien à voir avec la réalité, elle ne concerne que ta perception de la réalité, fondée sur l’expérience
des autres ou sur un événement de ton passé.
Le plus grand défi des êtres humains, c’est d’Être Ici Maintenant, de cesser d’inventer des histoires!
Cesse de créer des pensées à propos d’un instant pré-sent (un instant que tu t’es «envoyé» avant d’y
avoir pensé). Sois dans l’instant. Rappelle-toi : tu as envoyé cet instant en cadeau à ton Soi. Cet
instant contenait le germe d’une vérité immense. C’est une vérité que tu voulais te rappeler. Mais dès
que le moment est arrivé, tu t’es mis à construire des pensées à son propos. Au lieu d’être dans
l’instant, tu t’es tenu à l’extérieur de l’instant et tu l’as jugé. Puis, tu as ré-agi. C’est-à-dire : tu as agi
comme tu l’avais déjà fait.
….
Mais, tu vois, ce que j’essaie de te dire, c’est que lorsque tu accueilles chaque instant d’une façon
claire, sans pensée préalable, tu peux créer Qui Tu Es, plutôt que de rejouer qui tu as déjà été.
La vie est un processus de création et tu continues de la vivre comme si c’était un processus de représentation!

Neale Donald Walsch Conversation avec Dieu : le film

« La création de soi est un travail constant. La souffrance n’a rien à voir avec les évènements eux même mais avec la façon dont nous les vivons. Les faits ne sont rien d’autre que les faits mais ce que nous ressentons à leur égard c’est une autre affaire » NDW
Le film » raconte l’histoire de l’auteur Neale Donald Walsch, qui, après un divorce, sans emploi et sans abri est devenu un messager spirituel et l’auteur internationalement reconnu sur la liste des meilleurs vendeurs du New York Times avec la série «Conversations avec Dieu».