Divinités Hindous

,

Les Dieux et les Déesses

L”hindouisme est particulièrement connu pour ses deux grandes épopées, le Râmâyana et le Mahâbhârata, récits célébrant les deux plus illustres incarnations (avatars) du dieu Vishnu.
A partir de 500 av. J.-C., les épopées populaires qui racontaient les exploits guerriers et amoureux d’une nouvelle lignée de dieux – relayèrent les Védas.
De nouvelles croyances apparurent, fondées sur la fervente dévotion et l’action désintéressée.
De ces textes, spécialement des Purânas (recueils historiques et mythologiques rattachés à la tradition sacrée), naquit la trinité hindoue : la trimûrti.

Dieux de la Trimûrti

BRAHMĀ, le créateur de l’univers.

Il incarne la création.
Né dans une fleur de lotus, elle-même émergeant du cordon ombilical de Vishnu, Brahma possède quatre têtes couronnées et quatre bras.
Il tient les quatre Védas dans ses mains.
Sa monture est un cygne. Son épouse est Saraswati.
Malgré son importance hiérarchique, Brahma est peu vénéré par les hindous.
Un seul temple lui est véritablement dédié dans tout l’Inde : à Pushkar, au Rajasthan.

VISHNU, le préservateur, divinité solaire qui combat pour le bien et descend sur terre pour aider l’humanité.

Appelé aussi Narayana, il incarne la préservation. Comme Brahma il possède quatre bras.
Dans une main, il tient une conque (shanka) dans laquelle il souffle pour vaincre les démons;
dans une autre il tient un disque tournoyant autour de son index, c’est la “spirale de l’éveil” (sudhdarshan chakra) avec laquelle il décapite les forces du mal. Dans la troisième main se trouve une masse d’or (gadha), symbole de son pouvoir, puis dans la quatrième il tient parfois une fleur de lotus. Il porte des vêtements jaunes.
Sa monture est l’aigle Garuda.
Il est aussi accompagné d’un serpent à plusieurs têtes (Shesa).
Son épouse est Lakshmi.
Vishnu a pour mission de préserver l’ordre du monde.
Lorsque ce dernier est perturbé, Vishnu s’incarne pour descendre sur terre sous forme d’un avatar.
Les textes sacrés en recensent dix.

Les avatars de VISHNU

MATSYA, le poisson qui sauva le monde du déluge et qui récupéra les 4 Védas au fond de l’océan.

KÛRMA, la tortue.

Elle souleva le Mont Mandara au milieu de l’océan avec sa carapace pour que les divinités puissent s’asseoir dessus et ainsi récupérer le nectar de l’immortalité.

VARÂHA, le sanglier

Pendant 1000 ans, il combattit le démon Hiranyaksha qui avait plongé la déesse de la Terre, Prithivi, au fond de l’océan.

NARASIMHA, l’homme-lion

Il débarrassa le monde du démon Hiranyakashipu. Brahma, séduit par les offrandes de ce dernier, lui avait accordé l’invulnérabilité. Il ne pouvait être tué ni par un homme, ni par un animal. C’est donc sous une forme mi-humaine,
mi-animale que Vishnu se manifesta.

VAMANA, le nain.

Le démon Bali avait réussi à prendre le contrôle de la terre, du paradis et de l’enfer.
Vamana se présenta devant lui et demanda à Bali de lui donner autant de terrain qu’il pourrait parcourir en trois pas. Bali, amusé par ce nain, accepta.
En deux pas Vamana couvrit la Terre et le paradis puis, dans sa grande bonté, laissa l’enfer à Bali
C’est ainsi que Vamana sauva le monde

PARASHURÂMA

Première incarnation humaine de Vishnu.
Défenseur de la caste des Brahmanes, il aurait combattu la caste des Kshatriya à cinq reprises,
remplissant cinq lacs avec leur sang.

RÂMA, héros du Ramayana, est le fils de Dashrata, roi d’Ayodhya.
Il combattit le tyran Ravana avec l’aide du dieu-singe Hanuman et devint un souverain exemplaire après 14 ans d’exil.

KRISHNA

C’est l’avatar de Vishnu le plus populaire. Krishna est quasiment considéré comme un dieu à part entière par certains hindous.
Krishna apparaît dans le Mahabharata et plus particulièrement dans la Bhagavad Gita, aux côtés des Pandava dans leur lutte contre les Kaurava.
Il est aussi venu sur terre pour défaire le tyran Kansa. Son enfance et l’amour qu’il porte à son épouse Radha ont inspiré les poètes.
Krishna est représenté avec la peau bleue, jouant de la flûte les jambes croisées
Des paons se trouvent à ses côtés. La vache est son animal de compagnie.

BOUDDHA

Fondateur du bouddhisme, les hindous le considère comme le neuvième avatar.
Vishnu prend ici le rôle de professeur.
Bien que très différent de l’enseignement des brahmanes, le bouddhisme a été intégré par les hindous comme une part de leur culture.
Bouddha “l’illuminé” est généralement représenté en couleur dorée, avec des grands lobes d’oreilles, les yeux mi-clos et vêtu de vêtements oranges.

KALKI

C’est la dernière incarnation attendue de Vishnu.
Il apparaîtra sur un cheval blanc à la fin des temps sombres que nous traversons (kaliyuga).
L”exterminateur Kalki, d’un coup de pied réduira le globe en poudre et détruira tous les démons pour reconstruire un monde nouveau.

SHIVA

A la fois créateur et destructeur, Seigneur du Yoga
En raison de son aspect de destructeur, il est le plus ambivalent des trois dieux de la trimûrti.

C’est le dieu de la destruction. Il est représenté avec un troisième œil, symbole de sagesse, au milieu du front et avec un cobra autour du cou. Il porte un trident (trishula) et tient un petit instrument de percussion (damaru).
Il est assis sur une peau de tigre, symbole de l’énergie potentielle.
Shiva représente en effet la source créatrice en sommeil.

De sa chevelure, dans laquelle se trouve un croissant de lune, symbole du cycle du temps, s’écoule le Gange, fleuve sacré de l’hindouisme. Sa monture est le taureau Nandi qui fait lui-même l’objet d’un culte. Shiva est un personnage complexe et contradictoire. Il représente la destruction mais celle-ci à pour but la création d’un monde nouveau. L’emblème de Shiva est d’ailleurs le lingam (un phallus), symbole de la création.

Il a les yeux mi-clos car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle.

Shiva est représenté sous différente forme (l’ascétique, le yogi, le mendiant…) et possède, d’après les textes, 1008 noms (Shambhu, Shankara, Pashupati…).
L’une des plus célèbres est le Shiva Nataraja, danseur cosmique qui rythme la destruction et la création du monde.
Il est alors représenté avec 4 bras. La main supérieure droite tient une clochette (damaru) qui rythme la création; la main gauche supérieure tient la flamme de la destruction (samhara); la main inférieure droite est tenue dans un geste de protection (abhaya mudra); la main inférieure gauche pointe vers le pied gauche tenu en l’air, il montre ainsi son pouvoir de grâce. Sous son pied droit il écrase un nain-démon symbole de l’ignorance.
Son immense chevelure montre son pouvoir et il est entouré d’un cercle de feu (prabhamandala).
Shiva est marié à Shakti, la déesse-mère.
Elle-même a plusieurs noms suivant la fonction qu’elle occupe
(Parvati, Durga, Kali…). Il a deux fils, nés de Parvati : Ganesh et Skanda.
La famille vit au sommet du Mont Kailasa dans l’Himalaya.

SARASWATI, déesse de l’intelligence, de l’écriture et des sciences, épouse de Brahmâ.

Elle est la déesse de la connaissance et des arts. Elle possède quatre bras. Dans une main elle tient un livre d’écritures sacrées, dans une autre un rosaire. Avec ses deux autres mains elle joue d’un instrument à cordes (vîna), symbole de l’art. Sa jambe droite est posée sur la gauche.
Vêtue sobrement d’un sari blanc, elle est accompagnée d’un paon ou d’un cygne, symboles de pureté et de beauté. Elle est parfois représentée assise sur un lotus.

LAKSHMI, déesse de la joie, de l’harmonie et de l’équilibre, épouse de Vishnu C : Creator

Elle est la déesse de la beauté, de la fortune et de la prospérité.
Elle est la déesse mère bienveillante.
Elle symbolise l’harmonie, la joie et l’équilibre.
Elle a quatre mains qui représentent la vertu.
Des pièces d’or s’écoulent de l’une d’entre elles pendant qu’elle bénit les fidèles de l’autre.
Elle n’a pas d’attributs particuliers.
Elle n’est pas armée.
Couronnée, elle porte un sari rouge et est assise sur un lotus.
Elle est entourée par deux éléphants blancs, symboles de chance.
Elle est elle-même vénérée par de nombreux dieux, dont Ganesh.

PARVATI, épouse de Shiva.

Elle est la fille de Parvataraja, roi des montagnes, et de Menadevi.
Adoratrice de Shiva dès son enfance, Parvati émit le vœux d’épouser Shiva.
Celui-ci, ascète, se refusa à elle.
Pour lui prouver son amour et sa dévotion, elle se retira dans la forêt en signe de pénitence.
Shiva se déguisa en brahmane et alla voir Parvati pour tester sa volonté.
Impressionné par sa force spirituelle, Shiva demanda à Parvataraja la main de sa fille.
Le mariage de Shiva et Parvati fut célébré avec faste.
Parvati est la forme bienveillante de Shakti, la déesse-mère. Elle est le symbole de l’épouse aimante.
Elle est la mère de Ganesh et de Skanda. Elle vit au sommet du Mont Kailasa.

GANESH, le sage à tête d’éléphant, fils de Shiva et Pârvatî.

C’est sans doute la divinité la plus populaire de l’Inde. C’est le dieu du savoir et de la vertu.
Porteur de chance, les hindous le prient avant d’entreprendre une action importante.
Fils de Shiva et Parvati (Shakti), il est reconnaissable à sa tête d’éléphant et à son corps obèse.

Il est assis sur un trône et il porte une couronne. Il tient une hache (parashu) dans sa main et il mange des petites pâtisseries (modouks). Il est parfois représenté avec un nœud coulant et un crochet à éléphants.
La monture de Ganesh est un rat.

Ganesh n’est pas né avec une tête d’éléphant.
Selon la légende, Ganesh a vu le jour alors que son père était parti combattre les démons.
Quelques années s’écoulent.
Un jour, sa mère lui demande de garder l’entrée de la maison pendant qu’elle se baigne.
C’est alors que Shiva revient.
Ganesh, ne sachant pas qu’il est son père, lui refuse le droit d’entrer.
Shiva, ignorant qu’il a un fils et furieux de se voir défier par un enfant, lui coupe la tête.
Parvati, folle de douleur, ordonne à Shiva de ressusciter son fils.
Il envoie alors ses serviteurs en leur demandant de ramener la tête de la première créature vivante qu’ils croiseront. C’est donc la tête d’un éléphant qu’ils rapportèrent.
Ganesh est aussi appelé Ganapati et plus rarement Vinayak.

La popularité de Vishnu et de Shiva est très supérieure à celle de Brahmâ.
C’est dans le Râmâyana et le Mahâbhârata que le culte de Vishnu atteint son apogée.

Le Râmâyana, toujours ardent en Inde, raconte l’histoire du voyage de Râma, le septième avatar de Vishnu pour retrouver son épouse Sîtâ, enlevée par le démon Ravana.

Le Mahâbhârata est sûrement le plus long poème jamais composé. C’est l’ histoire d’une guerre entre deux dynasties, opposant les frères Pandava

La Bhagavad-Gîtâ est l’un de ses passages les plus connus. L’action est axée sur Krishna, le huitième avatar de Vishnu, amoureux malicieux et subtil tacticien, le plus aimé des dieux indiens.

Les avatars de VISHNU

Dans les Védas, Vishnu est le jeune partenaire du grand dieu Indra. Mais il accomplit déjà son plus fameux exploit : “mesurer” l’univers en trois immenses enjambées et le déclarer propriété des humains.
Ce pouvoir et cette omnipotence furent mis en oeuvre dans d’autres récits, tant et si bien que Vishnu finit par dépasser en puissance Indra et même par lui prêter secours.
Les purânas décrivent Vishnu comme le Seigneur de l’ univers et le protecteur de l’humanité.
Ses attributs sont le disque (chakra), la conque (shanka), la massue (gada) et le lotus (padma).
son épouse est Lakshmi, la sublime déesse de la richesse, de l’honneur, de la foi et de l’amour, assise sur un lotus.

Vishnu est vénéré sous ses multiples incarnations (Avatars) destinées à secourir l’humanité dans sa lutte contre les ténèbres.

Les dix avatars (littéralement “descentes”), dont le nombre exact est en fait fluctuant, et dont le le Bâghavata Purâna déclare même qu’ils sont innombrables, sont des interventions divines destinées à rétablir sur terre le dharma, et correspondent parfaitement à la fonction protectrice de Vishnu. Rama et Krishna sont ses incarnations les plus connues.

Les trois premiers avatars Matsya, le poisson, Kûrma, la tortue et Varâha, le sanglier sont des créatures mythologiques, figurant dans les récits cosmogoniques des Védas
.
Le quatrième avatar, Narasimha, l’homme-lion, protégea le monde contre l’épouvantable démon “Hiranyakashipu” qu’il éventra.

Le cinquième, Vamana, n’est autre que le nain qui parcourût l’Univers en trois enjambées et se transforma en géant pour chasser le démon Bali hors de l’Univers.

Le sixième avatar, Parashurâma,”Râma à la hache”, extermina la caste des kshatriya pour venger son père
Sa présence reflète peut-être les luttes pour le pouvoir entre les brahmanes et les kshatriya.
Râma et Krishna, les septième et huitième avatars de Vishnu, sont les héros magiques du 
Ramâyana et duMahâbhârata.
Par leur truchement, Vishnu devient le seigneur et le protecteur de l’humanité.

Le neuvième avatar est le Boudha.
La présence du Bouddha montre la capacité de l’hindouisme à évoluer en absorbant et en redéfinissant toute doctrine rivale.

D’ailleurs, pour certains hindouistes, Jésus lui-même est un avatar de Vishnu, et les missionnaires chrétiens ont eu bien de la peine à lutter contre cette

assimilation abusive à leurs yeux.

Kalki le cavalier au cheval blanc, le futur avatar, apparaîtra pour détruire l’univers à la fin du Kali Yuga, punir les méchants, récompenser les pieux et réintégrer l’univers dans le brahman.

DURGA, l’Inaccessible, épouse de Shiva

Elle est la conscience transcendante dans toute la connaissance.
Elle est le vide dans tous les vides. Elle, au-delà de qui il n’est point d’au-delà, est appelée l’Inaccessible.

Durga est une des formes sous laquelle Shakti, la déesse-mère est apparue à l’appel des dieux pour combattre le buffle- démon Mahisha.

C’est une guerrière.
Elle porte un sari rouge symbolisant l’action et la destruction des démons. Elle a plusieurs bras car les dieux lui ont chacun donné une arme pour se battre : le disque de Vishnu, la lance de Kumara, l’arc et la flèche de Surya, le dieu du soleil; la hache de Chandra, le dieu de la lune; une masse de Yama, le dieu de la mort; la hache d’Agni, le dieu du feu; la conque de Vayu, le dieu du vent; le trident de Shiva.
Ainsi armée, elle partit tuer Mahisha en chevauchant un lion.
Elle est souvent représentée avec huit bras.

DEVI – la déesse-mère

Devî est le terme générique sanscrit désignant les déesses, contreparties féminines (Shakti) des Dieux (Deva).
Si le terme et le concept même de Shakti n’est pas extrêmement ancien, bien qu’il se soit considérablement développé et étoffé vers la fin du premier millénaire avec le tantrisme, le concept de la Déesse-Mère Divine est aussi vieux que l’humanité.
Devî signifie littérallement “brillante”. La parèdre (contrepartie féminine) d’un Dieu n’est pas “en soi”, différente de Lui; elle n’est pas une autre entité, mais une autre expression : elle est sa puissance de création, on peut aussi dire sa force spirituelle.
« Les dieux assemblés s’approchant de la Grande Déesse lui demandèrent : « Qui es-tu ? »
Elle leur répondit :
« Je suis la forme apparente du principe ultime, le Brahman.
De moi sont issus la Nature et la Personne qui constituent l’univers. »
On considère souvent les devî comme autant d’épithètes de la Grande Déesse, c’est-à-dire autant de formes ou aspects, d’émanations ou manifestations de la Devî.

KALI, la Noire, la Terrible, épouse de Shiva

Kali est une incarnation de Durga, née de Brahma, Vishnu et Shiva, afin de détruire les démons. Chaque goutte de sang des démons tombée à terre faisait naître d’autres démons. Pour les vaincre, Durga s’incarna en Kali qui avala le démon afin que le calme règne de nouveau sur Terre.
On célèbre chaque année la Durga Puja, la victoire sur le mal, surtout au Bengale où le culte de Kali est très présent.
Sa représentation est terrible, avec une longue langue pendante rouge et une guirlande de crânes autour du cou.
De sa main gauche, elle tient souvent une tête coupée ce qui veut signifier l’annihilation de la force du mal.

Dieu guerrier du panthéon védique

INDRA, dieu de la foudre, du ciel et des pluies, roi des dieux, le guerrier du panthéon védique.

Dieu-roi suprême du ciel, de l’atmosphère, de la foudre, des orages et de la pluie.
Considéré aussi comme le dieu de la fertilité, grâce à l’eau qu’il apporte à la terre.
Extraordinaire buveur du soma (le dieu soma représente le liquide, la fraîcheur et la lune, personnification d’une plante hallucinogène, liqueur magique) “breuvage d’immortalité”et nourriture rituelle des dieux.
Indra, dernier des dieux guerriers représente la force et la puissance.
Le mythe le plus fameux du Rig-Véda est la victoire d’Indra sur le démon géant Vritra, qui bloquait les eaux dans la montagne.
Indra lança la foudre sur Vritra, libérant du même coup les eaux et le soleil.

Dieux secondaires

AGNI, dieu du feu dans le panthéon védique.

Agni est le dieu du Feu, représentant les forces de la lumière, il est souvent associé à Indra la divinité du soleil.
Il est la flambée qui réchauffe chaque maison.
Il est l’étincelle de la vie détenue dans chaque être vivant.
Il est invincible et réduit ses ennemis en cendres.
Incarnant le sacrifice, Agni est considéré comme un médiateur entre les mortels et les dieux à qui il transmet les offrandes.
Il monte un bélier (animal sacrificiel)
Plus de deux cents hymnes du Rig-Véda lui sont consacrés.

SKANDA, dieu de la guerre à six têtes.

Deuxième fils de Shiva et de Parvati, Skanda, connu aussi sous les noms de Kumara, Murugan, Subrahmaniam, Guha, Shadannana ou Sanmukha parce qu’il a six têtes.
Dieu de la guerre et de la chasteté, créé pour détruire les démons.

Skanda est un dieu plein de force et d’ardeur. Il est le plus féroce de tous les Dieux.
Il obtient tout ce qu’il veut par son courage et sa volonté.
Il combat les ignorants et offre sa force à qui veut rechercher la spiritualité.

D’une main il tient une lance appelée sakti symbolisant les tendances de destruction et les pulsion négatives de l’humanité. Mais de l’autre main il bénit toujours ses adorateurs.
Il chevauche un paon qui est capable de détruire les serpents nuisibles
Ses temples et son culte sont interdits aux femmes.

SOMA, dieu de la lune et de l’inspiration, assimilé à la boisson qui porte son nom.

Le dieu Soma est la liqueur d’immortalité, nourriture rituelle des dieux.
Le dieu Soma représente le liquide, la lune et la fraîcheur, il est la personnification d’une plante hallucinogène pressée et bue durant le rituel, dont la préparation se trouvait au coeur du sacrifice védique.
L’identité de cette plante a provoqué bien des commentaires peut-être s’agit-il de l’Amanita muscaria utilisée durant des millénaires par les chamanes sibériens pour susciter des états extatiques.
Ce champignon qui pousse en Sibérie et en Afghanistan était sans doute connu des Aryens.
Cependant il fut remplacé par une autre substance peu à peu car il n’existait qu’en petites quantités dans la vallée de l’indus et les plaines du nord de l’Inde.

SURYA, dieu védique du soleil.

Dieu soleil, fils d’Āditi et de Kashyapa. Il a quatre épouses, Saljnâ, la connaissance, Râjnî, la souveraineté, Prabhâ, la lumière et Châyâ, l’ombre. C’est le père de Manu , le premier homme et le législateur de l’humanité, mais aussi deYama, le dieu de la Mort et de Yamî qui deviendra, après sa mort, la rivière Yamunâ, un des trois fleuves les plus sacrés de l’Hindouisme

Sûrya se déplace dans un char conduit par Aruna et tiré par sept chevaux ou un cheval à sept têtes, représentant les jours de la semaine.

RUDRA, le “hurleur”, dieu du tonnerre dans le panthéon védique qui brandit la foudre destructrice.

Rudra est la deuxième facette de Shiva, appelé parfois Shiva-Shankar, la face sombre de Shiva;
Dieu des animaux, de la mort, des orages. Dieu hurleur effrayant et dieu des tempêtes. Il représente le côté le plus mystérieux du grand dieu, il n’intervient que dans certaines incarnations (avatars de Krishna) pour rappeler à Shiva
qu’il n’y a pas de dualité en lui (puisque Shiva est une conscience pure)

VARUNA, dieu védique de la mer, seigneur des eaux cosmiques.

Varuna est à la fois un asura (esprits démoniaques) et un deva (puissance agissante qui se manifeste dans les phénomènes naturels et mentaux)

Il est le maître du rta, l’énergie qui permet de maintenir l’ordre de l’univers. Dieu “aux mille yeux”, il possède un caractère violent, et ses colères sont redoutées des hommes. Divinité lunaire, il est parfois représenté comme un homme à la peau claire portant une armure en or ainsi qu’un “lasso” fait à partir d’un serpent. Il chevauche un makara, monstre marin qui lui sert de monture.
Varuna est aussi un dieu de la mort et peut accorder l’immortalité. Il est également associé à l’élément liquide, lorsque celui- ci se trouve en masse (cours d’eau, lacs, océans), tandis que la pluie est surtout associée à Mitra.
Après qu’Indra lui eut ravi sa place de maître de l’univers, Varuna devint le dieu des océans et des rivières, et le gardien des âmes des noyés. Il est servi par les nagâs, êtres mi-hommes, mi-serpents.

VAYU, dieu védique du vent.

Vâyu est le dieu du vent et gardien du nord-ouest.
Il est également nommé Vata. Il est le souffle des dieux, va où il veut et ne peut être vu.
Vâyu accorde la renommée et la richesse à ses adorateurs, disperse leurs ennemis et protège les faibles.
Il est représenté juché sur une antilope (rapide comme le vent). Son attribut est généralement un étendard.
L’antilope est le symbole animalier de la quatrième chakra : anahata chakra.
L’élément adjoint à ce confluent énergétique est l’air.

MITRA, dieu de la lumière.

Mitra représentait la souveraineté sur le plan terrestre et Varuna sur le plan surnaturel. Mitra, dont le nom signifie “contrat”, était le garant de l’amitié et des accords entre les hommes, tandis que Varuna était le garant de l’ordre cosmique.
Mitra était toujours présenté comme amical, tandis que Varuna était un dieu violent, aux colères terribles.

En fait, dans le personnel divin de la fonction souveraine, Mitra incarnait en quelque sorte le chapelain, tandis que Varuna incarnait le roi.
Il était donc plus étroitement associé aux prêtres (Brahmanes) alors que Varuna était plus proche des guerriers (Kshatriya).

USHAS, déesse du ciel et de l’aurore.

Dans le Rig-Veda, la Déesse Usha = Ushas est identifiée à l’Aube, l’Aurore.
Elle se révèle quotidiennement avec la venue du jour. C’est une jeune fille au teint resplendissant qui, traversant le ciel sur son char doré tiré par cent chevaux, précède Suryâ.
Elle dissipe les noirceurs de la nuit et, du même coup, écarte les démons.
Elle stimule la vie et met le monde en mouvement. Elle accorde force et renommée. Elle est associée à l’énergie vitale, au souffle des créatures vivantes et à tout ce qui meut le rita (l’ordre cosmique social et moral). La régularité de son retour souligne la force qui, en elle, participe de l’ordre cosmique, au détriment du chaos qui, toujours, menace l’univers.

Usha est donc une déesse bénéfique associée à la lumière et à l’abondance.
On la compare parfois à une vache.
D’ailleurs, dans le Rig- Veda, on la désigne sous le nom de “Mère des vaches”. Bien qu’elle figure toujours sous les traits d’une belle jeune fille, on la dit “Mère des dieux”, “Mère des Ashwins”, et aussi, “Mère du foyer”.

Eclairant le monde, elle voit les faits et gestes de chacun : elle est l’oeil des dieux, mais elle ne juge rien des erreurs humaines.

Le tilak (appelé aussi tikabindi ou pottu) est une marque portée sur le front par la plupart des hindous.
Quand il n’est pas tout simplement une marque censée porter bonheur, apposée au cours d’une cérémonie religieuse ou en guise de bienvenue, le tilak indique l’appartenance à un groupe religieux pour un homme ou la situation maritale pour une femme.
La plus ancienne référence au tilak connue provient du Rig-Veda. La déesse Usha, première épouse du dieu Sûrya,
y apparaît portant une marque rouge vif sur le front, symbole du soleil levant.

KAMA, dieu de l’érotisme.

Kamadeva ou Kama (désir) est le dieu de l’érotisme et du désir amoureux. Jeune, décrit comme le plus beau des dieux, il porte un arc fait de canne à sucre, la corde est une chaîne d’abeilles. Ses flèches sont faites des cinq fleurs qui inspirent l’amour : le jasmin, le champaka, le shirisha, le lotus bleu et la fleur de manguier. Il possède deux ou huit bras. Il est entouré d’oiseaux, de jeunes nymphes et de musiciens. Ainsi, tout en lui évoque le printemps, saison des amours.

Mentionné dans le Rig-Veda comme le plus puissant des dieux, il symbolise le moteur qui pousse les hommes à la perpétuation de leur espèce.

KRATU, dieu de l’inspiration intelligente,  fils de Brahmâ

SHIVA NATARAJA, dieu de la danse cosmique

Shiva accomplit la danse cosmique de la destruction et de la création de l’univers.

La danse cosmique symbolise le renouvellement périodique du monde, en un rythme infini de dissolutions et de naissances.

Pour les hindous, la danse est plus ancienne que le monde lui-même car c’est précisément en dansant sur le mont Kailasa que Shiva créa le cosmos et notre Âge, en prenant cette posture au moment de la création, posant le pied droit sur la tête du démon primordial, Apasmârapurusa, symbole d’ignorance et de cécité, et le tue.

Sa chevelure se déploie sauvagement tandis qu’il danse, transporté par le rythme du petit tambour en forme de sablier ou de clepsydre (damaru) qu’il tient dans la plus haute de ses mains droites. Ce rythme est la pulsation du cosmos (mâyâ) qui naît à la vie grâce à l’action bénéfique de la danse créatrice, en créant, à chaque battement, l’air, le feu, l’eau et la terre, et réveillant ainsi la vie ; mais c’est de cette même danse que jaillira l’étincelle qui détruira le monde. Le cosmos est figuré par le cercle qui contient la divinité ; il jaillit des bouches fertiles du makara placé sur le socle de la statue.

Le moment de la création du cosmos est donc associé à sa destruction simultanée, symbolisée par les flammes qui bordent le cercle et la flamme unique que le Dieu tient dans sa main gauche supérieure. Cette flamme unique réduit tout à néant : elle fait écho au tambour créateur de la main droite supérieure. (Wikipedia)

Suivant la tradition ancienne, Shiva est adoré sous trois formes ou murthi : Sivalingam, Ardhanarisvara, et Nataraja. Shiva Natâraja est le dieu Shiva en tant que Danseur cosmique.

Sa danse de tandava représente ses cinq puissances en action : création, préservation, dissolution, grâce obscuratrice, grâce révélatrice.

Chaque geste du dieu a une signification :
la main postérieure gauche montre la fin du monde par les flammes,
la main postérieure droite tient le tambour qui émet le son “primordial” qui préfigure le monde purifié,
la main antérieure droite invite à la non-crainte en tournant sa paume vers les fidèles,
le pied droit : Shiva foule l’ignorance représentée par le démon Muyalaka et l’empêche ainsi de progresser,
la jambe gauche qui se lève suggère la libération de l’âme une fois l’ignorance vaincue.

Sa chevelure
Les mèches de la chevelure, qui se dénouent sous la vigueur du mouvement de la danse, symbolisent le grand fleuve Gange.

HANUMAN, dieu-singe du Râmâyana, incarnation de la bhakti (dévotion). Il est le fils de Vayû.

Hanuman est le dieu-singe fidèle à Rama. Ses autres noms sont Hanumat ou Pavan-Sutra. Sa bravoure est relatée dans le Ramayana.
Selon cette épopée, il est ainsi décrit : sa face est aussi rouge que le plus brillant des rubis, sa queue est d’une interminable longueur.
Hanuman est un être parfait.
Personne ne peut l’égaler dans la compréhension et le sens des écritures.
Il rivalise avec le précepteur des dieux Vrihaspati.
Hanuman est le fils de Vayu, le dieu du vent.
Il est souvent représenté avec une massue d’or (gaddha) dans la main ou devant les images de Rama et Sita.
Il se tient sur un haut rocher et peut hurler comme le tonnerre.
Il vole au dessus des nuages et peut s’agrandir ou se rapetisser.
Un jour, avalé par un démon, il devint si petit qu’il put s’échapper par l’oreille du monstre.
A 10 ans, il était capable de soulever des collines.
Il symbolise la force et l’intelligence, il est vénéré des combattants.
Après la délivrance de Sita, Sigriva, le roi-singe demanda à Hanuman de rejoindre l’armée des singes.
Celui ci refusa et pour preuve de son respect, il ouvrit sa poitrine où se trouvaient les images de Sita et de Rama.
Il incarne ainsi la dévotion (bhakti) et l’humilité.
Lorsqu’ Hanuman était encore tout jeune, il prit le soleil pour un fruit mûr. Il sauta, le saisit et le mit dans sa bouche. Les dieux étaient effrayés car sans l’astre, le monde était en péril, toute vie devenait impossible. Il prièrent alors le dieu-singe de recracher la soleil, ce qu’il fit. La Terre fut sauvée des ténèbres.

YAMA, dieu des esprits et des morts.

Yama (ou Yamaraja ou Dharmaraja, Shinjé en tib.) : seigneur de la mort

Seigneur de la mort à tête de taureau ou buffle, symbole du pouvoir absolu du karma et souverain des pretas, esprits affamés des enfers. Brandissant dans les mains un septre surmonté d’une tête de mort et d’une corde terminée par un crochet et un anneau, il se tient debout sur un taureau couché en union avec un humain, ce qui représente la domination des obstacles.

Les flammes autour de lui sont l’expression de son caractère irrité, non qu’il soit en colère mais il cherche ainsi à brusquer le pratiquant afin de lui faire comprendre plus rapidement certains points du Dharma.
La majorité des déités protectrices du Dharma (dharmapalas) sont pour cela des déités irrités.
Il est parfois accompagné de sa soeur Yami (Shinjéma en tib.) encore appelée Chamundi.

Le symbolisme des attributs de Yama est le suivant : – septre à tête de mort : c’est le symbole le plus évident de sa domination sur la mort et par extention le temps qui passe. La tête de mort symbolise aussi parfois le monde des dieux sans forme (par opposition à au monde du désir et du monde de la forme) ou aussi le Corps absolu (dharmakaya).
– corde : la corde est souvent terminée par un vajra et un anneau, parfois d’un crochet qui
servent soit à attraper et attacher les hordes démoniaques, soit à “attacher” la sagesse à
l’esprit du pratiquant.

L’hindouisme est la plus vieille des principales religions du monde, son origine remonte à la civilisation de l’Indus qui naquit vers 2500 av. J.-C. Avec plus de 900 millions de fidèles, l’hindouisme est actuellement la troisième religion du monde. À l’inverse des autres religions principales, l’hindouisme n’a pas été fondé par un prophète et ne dépend pas d’un dogme central, sa pratique étant issue d’une tradition très ancienne. L’hérésie n’existe donc pas. C’est donc une religion dynamique, un ensemble de concepts philosophiques issues d’une tradition remontant à la protohistoire indienne, dotée d’une capacité à assimiler les croyances, et les philosophies, sans les opposer. Les nombreuses conquêtes et invasions qui se sont déroulées sur le sous-continent indien ont favorisé le mélange des idées et des connaissances. L’hindouisme a beaucoup évolué au cours du temps passant du védisme aryen polythéiste, au brahmanisme triadique. L’hindouisme ancien dépassait le simple cadre religieux, au-delà du syncrétisme théologique, l’hindouisme était un vecteur pour toutes les sciences ; le droit,la politique, l’architecture, l’astrologie, la philosophie, la médecine, etc., comme tant d’autres savoirs qui avaient en commun le substrat religieux.

Hindouisme découverte religion Asie

HINDOUISME – HISTOIRE, DIEU HINDOU, SHIVA, MYTHOLOGIE, CULTE ET SPIRITUALITÉ

L’Hindouisme est une des religions majeures d’Asie, elle est à l’origine d’autres grandes croyances orientales comme le Bouddhisme par exemple. Pas forcément bien connu en Occident, elle me fascine particulièrement et m’inspire dans ma vie de tous les jours. Comme le savoir et le contenu de l’ Hindouisme est très vaste, je vais me limiter à une bonne introduction et si vous voulez aller plus loin, je finirai mon article par des conseils sur de bons livres sur le sujet.

HINDOUISME – HISTOIRE

L’Etymologie du mot Hindouisme est d’origine persane. Hindu, ou hindou, désigne le fleuve Indus qui prend sa source au Tibet (Himalaya) pour se jeter dans la mer d’Arabie. Littéralement, l’Hindouisme est donc la religion des habitants du pays de l’Indus. L’Hindouisme est parfois appelé Sanatana Dharma, la « loi éternelle » ou « l’ordre socio-cosmique éternel» en sanskrit.

C’est une des plus vielles religions du monde. Pratiquée par des millions de personnes, elle est à la 3ème position des religions les plus pratiquées après le Christianisme et l’Islam. Malheureusement, les sources manquent pour déterminer l’époque exacte de son apparition. La tâche est encore plus compliquée par le fait que l’Hindouisme est née sans doute d’un mélange de diverses croyances. En effet, une de ses particularités est qu’elle n’a pas été crée par la prédication d’un individu, mais plutôt par l’accumulation de coutumes de différentes populations qui se sont rencontrées au cours de leur migration vers l’actuelle Inde. Le Védisme, qui date du 17ème siècle avant JC, est une de ces croyances ancestrales qui a influencé de façon significative ce qu’est aujourd’hui l’Hindouisme.

HINDOUSIME – PRINCIPES FONDAMENTAUX

Vous me direz, la première chose qui définit la religion Hindouiste est son aspect polythéiste. Mais est-ce qu’elle l’est vraiment ? En effet, cette question peut surprendre étant donné le nombre de dieux dans le panthéon Hindouiste. Malgré tout, la conception d’un dieu symbolisant la pureté et la perfection n’existe pas chez toutes les différentes divinités mais est plutôt partagée dans chacune de ces mêmes divinités. Les qualités divines ne seraient donc pas porté par une seule entité mais se reflèterait dans plusieurs êtres supérieurs. Je pense donc que le terme polythéiste est mal choisi, réducteur et porte souvent confusion. La base de l’Hindouisme est l’idée que dans leur multitude, les phénomènes autour de nous ne sont que les diverses manifestations de la réalité ultime. Cette réalité, nommée Brahman, est l’idée unificatrice qui donne à l’Hindouisme son caractère essentiellement moniste (un seul dieu) en dépit du culte des nombreux dieux et déesses.

Brahman, appelé aussi Sang Hainag ou Uptepi, est l’ultime réalité. C’est l’essence intérieure ultime, la divinité créatrice de toutes choses. Il est infini par-delà tous les concepts.  Il ne peut être compris par l’intelligence, ni être décrit de façon adéquate par les mots. L’activité créatrice de la divinité est nommée Lila, le jeu de Dieu. Le monde est perçu comme la scène d’un jeu divin. Le mythe de Lila a une forte connotation magique, Brahman étant le grand magicien qui se transforme lui-même en monde. On comprend donc par là que pour les hindouistes, le pouvoir divin est présent partout, y compris en nous.

Il faut comprendre que le divin Lila est un jeu dynamique et rythmique. Et c’est ce qui donne au monde à la fois une cohésion autour de cette énergie créatrice et en même temps un aspect en perpétuel mouvement.

Hindouisme Illustration du Lila, le jeu divin

ILLUSTRATION DU LILA, LE JEU DIVIN

La force dynamique du jeu divin est le karma, autre concept important de la pensée Hindouiste. Karma veut dire action, c’est le principe actif du jeu. L’univers entier est en mouvement et chaque chose est en relation dynamique avec l’autre. Se libérer des liens du Karma signifie réaliser l’unité et l’harmonie de toute la nature, l’être humain compris, et agir en conséquence.

Se libérer et briser les chaines du Karma signifie se rendre compte que toute les choses que nous percevons par nos sens sont les éléments d’une même réalité. Tout est Brahman et Brahman est le tout. Se rendre compte de cette vérité universelle nous fait atteindre un état d’éveil et de connaissance, qui est appelé Moksha (libération). On retrouve les mêmes principes dans le Bouddhisme avec le concept de Nirvana, très similaire à celui de Moksha.

HINDOUISME – LE TRIMŪRTI HINDOU (TRINITÉ)

Le Trimūrti Hindoue, de gauche à droite Brahma, Vishnou et Shiva Trinité Hindouisme

LE TRIMŪRTI HINDOUE, DE GAUCHE À DROITE BRAHMA, VISHNOU ET SHIVA

Comme dans la trinité Chrétienne (le père, le fils et le saint esprit), le panthéon Hindouiste est dominé par 3 divinités :

Brahmâ

Le dieu Brahma Hindouisme

LE DIEU BRAHMA

A ne pas confondre avec Brahman (l’être suprême), Brahmâ est le dieu créateur de la matière et de l’univers. Il naît d’une fleur de lotus émergeant du nombril de Vishnu. Malgré son importance dans la trinité hindoue, il n’est que peu vénéré en Inde. Brahmâ passe pour le fils de la Puissance Suprême, Brahman, et l’énergie féminine connue sous le nom Prakrti ou Mâyâ.

Lorsque Brahmâ créa l’univers, celui-ci resta inchangé jusqu’à ce qu’il soit ensuite consumé par le feu, mais les sages, les dieux, et les éléments vont survivre. Quand il se réveille, Brahmâ restaure à nouveau la création, et ce processus va se répéter pendant une longue période. Lorsque celle-ci sera terminée, l’univers entier, les dieux, les sages et les êtres vivants seront réduits à leurs éléments constitutifs.

Je tiens à faire un petit aparté pour faire le parallèle entre ces anciennes croyances et des thèses scientifiques récentes. La majorité de la communauté scientifique converge sur l’idée de l’existence d’un Big Bang qui a initié la création du monde. Mais que c’est t-il passé avant ? Dur d’y répondre. Pourtant, le Dr Abhay Ashtekar, directeur de l’Institute for Gravitation and the Cosmos (IGC), a une idée sur le sujet. Sa théorie, appelé communément le Big Bounce (le grand rebond), soutient une vision cyclique de l’univers qui oscillerait entre période d’expansion et  de régression avec un Big Bounce entre les 2. Selon sa théorie, on serait donc dans une période d’expansion qui succède à un rebond, le Big Bang.

Il est intéressant d’observer que cette théorie est en cohérence avec les croyances hindouistes et notamment avec le processus de création/destruction de Brahmâ. Pour plus d’info sur la théorie du Big Bounce, suivez ce lien.

Je tiens à insister sur le fait que ces réflexions n’engagent vraiment que moi et mon analyse des choses. Malgré tout, ce n’est pas la première fois que la science moderne et les spiritualités orientales se mettent d’accord. Je suis intimement convaincu que nos recherches en Physique devraient suivre les hypothèses d’un monde interconnecté où tout élément serait basé sur un modèle unique originelle.

Pour en revenir à Brahmâ, malgré son importance hiérarchique, il est peu vénéré par les hindous. Le seul grand temple qui lui est dédié se trouve à Pushkar au Rajasthan où des milliers de pélerins viennent se baigner dans son lac. On lui a également dédié un temple à Angor Wat au Cambodge.

Lac de Pushkar au Rajasthan

LAC DE PUSHKAR AU RAJASTHAN

Shiva

Dieu Shiva HIndouisme

A la fois bienfaisant et destructeur, Shiva (ou Civa ou Siva), est le plus vénéré des dieux. C’est un personnage complexe et contradictoire. En effet, il représente la destruction mais celle-ci a pour but la création d’un monde nouveau et meilleur. Le monde tient en un équilibre fragile entre les forces du bien et du mal, lorsque l’équilibre se rompt, Shiva dissous l’univers afin d’en créer un nouveau dans lequel les hommes pourront se libérer de l’aliénation du monde physique.

Il a les yeux mi-clos car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle. Il est souvent représenté avec un troisième œil au milieu du front. Symbole d’éternité et de sagesse, ce 3ème œil lui donne une vision transcendante du monde.

La tradition shivaïte de l’Hindouisme, centrée donc sur le dieu Shiva, est l’une des plus influentes variantes de l’Hindouisme avec la tradition vishnouïte.

Vishnou

Le dieu Vishnou Hindouisme

LE DIEU VISHNOU

Vishnou (ou Vishnu ou Vichnou) est le dieu de la stabilité du monde, il entretient la vie et la création. C’est le dieu du temps. On connaît aussi Vishnou sous le nom d’Hari. On le voit souvent en train de dormir mais dans son sommeil, il prépare en fait le prochain monde. C’est un protecteur des humains et un sauveur. Il ne peut intervenir directement dans les événements, il s’incarne alors en un avatar.

Vishnou est souvent représenté en homme bleu avec une parure royale et quatre bras, tenant généralement une roue ou chakra, une conque ou shankha, un lotus (padma) et une massue (gada) dans les mains. Il porte sur sa tête une tiare dorée, appelée kirita-mukuta.

Dans cet article, je vais me limité à la présentation des 3 principaux dieux de l’Hindouisme, mais il faut savoir qu’il y en a beaucoup d’autres pas moins intéressants. A la fin de l’article, je vous donne une liste de super livres qui vous en feront découvrir d’autres.

HINDOUISME – LES LIVRES SAINTS

Comme l’Hindouisme tient sa source du Védisme, les principaux écrits saints sont des Véda, appelé Shruti (révélation) pour les anciens textes et Smirti (mémoire) pour les plus récents. Tous ces écrits ont été rédigés en Sanskrit.

Comme le système des castes limitait l’accès à ces livres, les Shruti étaient réservés principalement à la caste des Brahman. Les livres Smirti à l’inverse ont été diffusés de façon assez large, devenant ainsi la littérature populaire de l’Hindouisme.

Les textes hindous comprennent plusieurs groupements de textes mais toujours dans notre objectif de synthèse, nous allons nous concentrer uniquement sur les 3 principaux livres qui font partis du groupe des Itihasas.

Le Mahabharata

Le Mahabharata, Pandavas contre Kauravas Hindouisme

LE MAHABHARATA, PANDAVAS CONTRE KAURAVAS

« La Grande Histoire des Bharata » est un recueil de 18 livres qui raconte de façon poétique la guerre entre les Kauravas (symbolisant les forces du mal) et les Pandavas (symbolisant le bien).Un peu comme pour les fables de La Fontaine, une morale ressort de chaque chapitre de cette épopée. Les leçons qu’on peut tirer du Mahabharata constituent une des bases de l’Hindouisme. Remarquons que depuis la nuit des temps, raconter des contes se révèle très efficace pour transmettre un savoir et donner des leçons de vie à un large groupe de personnes. Cette technique sera également utilisée dans la mythologie grecque par exemple.

A l’origine, le Mahabharata  était transmis oralement au cours de chaque cérémonie ou fête religieuse. Des manuscrits ont ensuite été rédigés entre -400 et 400 après JC mais la récitation et l’audition des versés du Mahabharata  restent jusqu’à aujourd’hui une coutume très répandue.

Pour finir, malgré le caractère sacré de l’épopée du Mahabharata, beaucoup d’adaptations modernes ont été réalisées. Sous la forme de pièces de théâtre ou même de films, les aventures des Pandavas et des Kauravas connaissent un très grand succès en Inde. Et tant qu’on reste cohérent avec les textes originaux, je trouve que c’est une très bonne façon de transmettre un savoir si précieux à nos sociétés modernes.

Le Bhagavad Gita

Dialogue entre Arjuna et Krishna Hindouisme

DIALOGUE ENTRE ARJUNA ET KRISHNA

Littéralement le « chant du Bienheureux Seigneur », le Bhagavad Gita est pour beaucoup considéré comme le livre principale de l’Hindouisme. Composés de 18 chants, il relate un dialogue entre Arjuna un prince Pandava et Krishna.

Krishna, représentant de Dieu, raconte que l’essence divine est présente dans l’univers entier. Il dit notamment : « Ayant imprégné l’univers entier d’une parcelle de moi-même, je demeure ».

Beaucoup de philosophes, même en occident, considèrent la Bhagavad Gita comme le plus grand livre que l’homme ai rédigé.

Il transmet les enseignements fondamentaux de l’Hindouisme et donne les 3 voies à adopter pour nous rapprocher de Dieu :

  • Karma-yoga, la discipline des actes : Nous avons le droit d’agir mais nos actes ne doivent pas être réalisés dans le but d’une récompense ultérieure. Nos actions doivent être désintéressées, sans attente de résultats.
  • Jnana-yoga, la connaissance : La connaissance désigne ici la réalisation de l’unité de l’univers. Elle est la prise de conscience que notre corps et le monde tel qu’on le conçoit n’est qu’une vision limitée donnée par nos 5 sens. Krishna révèle à Arjuna que l’âme individuelle (Atman) est éternelle et indestructible: elle ne peut tuer ni être tuée et sa nature est identique à l’Esprit Universel (brahman) qui est au cœur de tous les phénomènes. Cette prise de conscience, révélée par la méditation, est source de libération.
  • Bhakti-yoga, la dévotion : Toute action doit être offerte à Dieu avec sincère dévotion. De plus, dans l’Hindouisme, se contenter de ce que l’on a est une vertu qui mène vers la sagesse.

Le Ramayanha

Scene Ramayana Hindousime

Composé de 7 livres, le Ramayana veut dire « le parcours de Rama », la 7ème incarnation de Vishnou. Rama, héritier légitime, est condamné à l’exil avec sa femme Sita et son frère Lakshmana. Après son exil, Sita est enlevée par le démon Ravana. Avec une armée de singes et d’ours, Rama combat et arrive à vaincre Ravana et délivre par la même sa femme Sita. Après toutes ces péripéties, il retrouve enfin son trône et gouverne avec sagesse grâce aux enseignements que lui a apportés son exil.

Encore une fois, l’enseignement Hindouiste se transmet ici par les décisions qu’a prises Rama au cours de son périple. Suivre l’exemple de Rama dans sa vie de tous les jours est considéré comme un acte sacré qui mène vers la sagesse.

SYMBOLE HINDOU – LE SON ORGINEL OM

Le son originel Om

LE SON ORIGINEL OM

On arrive au dernier paragraphe avant de vous donner des conseils de livres à découvrir sur l’Hindouisme. Le son Om est une composante sacrée importante de l’Hindouisme et on retrouve ce son également dans d’autres croyances comme le Bouddhisme par exemple. Alors qu’est ce que c’est que ce mystérieux « Om » ? Il correspond en fait à la vibration originelle qui aurait structuré l’univers tout entier. Et oui, il y a plus de 2000 ans, des hommes avaient déjà intuitivement compris l’existence probable d’une sorte de Big Bang !

Om est le symbole de Brahma, le dieu créateur, qui par ce son originel a crée le monde et subsiste dans le tout par le moyen de cette vibration. Om est notre lien direct avec le divin.

Je suis sur que vous avez déjà vu des moines faire ce son « ommmm » pendant une prière. C’est en fait une technique de méditation qui utilise ce qu’on appelle un mantra, un son ou mot qu’on répète pour fixer notre attention sur le son en question et vider son esprit. En répétant le son originel pendant qu’on médite, on ferait ressortir la vibration ultime du plus profond de notre être.

En parlant de méditation, je prépare actuellement un guide complet qui vous aidera dans vos premier pas vers la sagesse.  Pour ma part, ça a complètement changé ma vie et ma vision que j’avais des choses.

Pour revenir au mantra, j’adore en particulier celui de cette chanson (Om Shreem Hreem) qui permettrait de supprimer les obstacles sur son chemin pour atteindre l’éveil et l’illumination :

ÉPOQUE VEDIQUE
L’hindouisme est né d’un amalgame de croyances de trois peuples majeurs:
les aborigènes: peuple autochtone, les dravidiens: peuples parlant des
langues indiennes qui ne sont pas d’origine indo-européenne et qui se sont
installés sur le territoire indien avant le 2e
millénaire de l’ère commune et les
indo-européens: peuplades nomades qui envahissent le territoire de l’Inde
vers le 2e
millénaire avant l’ère commune (correspondant au calendrier
usuel).
Les Védas: textes théologiques
Au départ, les indo-européens influencent davantage le culte par leurs
traditions religieuses. Ce sont eux qui, par leurs textes sacrés les Védas
(Savoirs) permettent de qualifier cette époque de période védique. Ces
textes sont rédigés en sanskrit, langue parlée par les indo-européens. À
cette époque, on vénère plusieurs dieux reliés aux forces de la nature.
Les Védas sont écrits aux alentours du XVIIIe
siècle, avant l’ère commune,
et terminés vers le VIIe
siècle de la même ère. Ces textes rassemblent les
« lois » régissant les rites religieux de la période védique et permettent la
compréhension de la liturgie. On y retrouve les paroles à prononcer, les
gestes à accomplir et une liste des diverses divinités.
EN L’AN 325 DE L’ERE COMMUNE : NAISSANCE DE L’HINDOUISME
L’hindouisme, tel que nous le connaissons aujourd’hui, se manifeste aux
alentours de l’an 325 de notre ère. On voit alors apparaître le culte de
la trimûrti. Cependant, dès le IIIe
siècle avant notre ère, les textes sacrés
annoncent déjà les bases de cette religion.
LA TRIMURTI : TRIPLE FORME DIVINE
Brahman
L’hindouisme compte parmi ses grands concepts, celui du Brahman, entité
suprême constituée de trois divinités hindoues: Brahmâ, Vishnu et Shiva.
Brahmâ, dieu créateur
Représenté dans certains cas avec quatre têtes, il symbolise l’omniscience :
qui sait tout et qui voit tout. Brahmâ est considéré comme le Père de notre
monde. En fait, il en est le Créateur; c’est-à-dire un artisan conjuguant
talent et inspiration pour modeler la matière. Une matière qui se régénère
en formant une succession d’univers. En effet, selon ces croyances, l’univers
est éternel. Il naît d’un germe, s’épanouit, dépérit et meurt. Lorsqu’il meurt,
les éléments qui le constituent sont utilisés pour recréer un autre univers.
Brahmâ en est donc le modeleur.
Vishnu, dieu protecteur
Sa mission étant le maintien de l’équilibre universel, il se doit d’agir afin
de combattre les forces du mal. Vishnu vient accomplir des missions et se
manifeste sous différentes formes. En langue sanskrite, elles sont appelées
les avatars, signifiant « descentes » ou manifestations du dieu sur terre. On
attribue à ce dieu certaines interventions divines déjà accordées à d’autres
personnages de la mythologie ou de l’histoire du peuple indien.
Les 8 avatars de Vishnu les plus populaires
Le poisson (Matsya): Un grand déluge frappe la terre et anéantit l’ensemble
des créatures. Un seul humain est digne d’être sauvé, il se nomme Manu.
Matsya le guide jusqu’au Mont Méru, ce qui lui permet d’attendre le reflux
et de survivre au déluge. Là, Manu apprend comment repeupler la terre et il
reçoit les Védas, écritures sacrées, connaissances nécessaires afin d’éduquer
l’humanité.
La tortue ( Kûrma) : Le déluge n’a pas seulement emporté les êtres vivants,
il a également détruit les « trésors » essentiels à l’harmonie cosmique. Par
exemple, l’ambroisie qui demeure nécessaire à l’alimentation des dieux et
des héros-immortels. Sous la forme d’une tortue, Vishnu plonge au fond de
l’océan pour récupérer ces « trésors » disparus.
Le sanglier (Vahâra): Par esprit de destruction, les démons coulent la terre
nouvelle sous l’océan. Vishnu descend du ciel sous forme de sanglier pour
la remettre à flot.
L’homme-Lion (Narasimha) : Un démon ayant le privilège de ne pouvoir être
tué « ni de jour, ni de nuit; ni de la main d’un homme, ni de celle d’un animal
», se croit invincible et profite de cette occasion pour détruire tout sur son
passage. L’intervention de Narasimha, l’homme-lion, réussit à anéantir l’être
démoniaque. Ni homme, ni animal, mais les deux à la fois, et profitant du
crépuscule, il réussit à se débarraser de cette entité maléfique.
Le nain (Vâmana): Le démon Bali obtient le pouvoir sur la terre et l’univers.
Vishnu, sous la forme d’un nain, propose à cet être satirique de lui concéder
l’ensemble du territoire qu’il peut parcourir en trois enjambées. Bali accepte
et au même moment, Vâmana se tranforme en une énorme figure et enjambe
la terre, ensuite les cieux et au troisième pas pousse Bali aux enfers.
Râma à la hache (Parashu-Râma): L’équilibre social est éprouvé par un
excès de pouvoir de la part de la caste guerrière, deuxième élément de la
hiérarchie dans la population indienne. Râma, muni d’une hache, descend
du ciel et tue de nombreux seigneurs avides de pouvoir afin de rectifier la
situation.
Râma : Première manifestation de Vishnu sur terre par l’entremise d’une
véritable naissance humaine. De famille royale, Râma est déchu de ses droits
au trône pour permettre à la Providence de s’accomplir. Exilé dans les forêts
du sud de l’Inde, il s’allie avec les peuples de ces régions afin d’écraser
la puissance d’un roi démoniaque (Ravana). Cette légende mythologique
demeure basée sur un fait historique.
Krishna: Les terres sacrées de l’Inde sont touchées par des guerres intestines
opposant les membres d’une même fratrie. Durant cette période, Krishna
naît d’une famille royale et est élevé parmi les bergers. Au cours de sa vie, il
acquiert la sagesse qui fait de lui le conseiller du prince Arjuna. Il le convint
d’abolir les forces du mal afin de rétablir le Royaume de Justice. Après la
réussite de sa mission terrestre, il meurt et retourne au ciel.
Shiva, dieu transformateur
Shiva représente deux concepts différents : la destruction et la reconstruction.
Il détruit les univers cosmiques pour permettre à la Providence de mieux les
reconstruire.
Contrairement à Vishnu, il n’a pas d’avatars. Cependant, l’iconographie
est très riche quant à ses représentations. On retrouve fréquemment le
troisième oeil de Shiva dans les illustrations; symbole de la découverte de
la vérité menant à l’accomplissement du genre humain, l’oeil est également
un élément destructeur, capable de réduire en poussière. Une légende
raconte qu’il a ouvert son troisième oeil devant un dieu et qu’il le réduisit
en cendre.

Citation motivation

,

Andréas Mamet Vidéo

,

Chaque mardi, Andreas anime :

Suivez votre joie !” de 16h à 17h30 sur Radio Ici et Maintenant – 95.2 FM

Prochaines dates en janvier 2017 : 3, 10, 17 et 24

 

Pour réécouter les émissions, cliquer ici.

 

Par ailleurs, Andreas intervient régulièrement dans des émissions de radio ou de WEB TV :

Au delà du Miroir” de Joëlle VERAIN sur Radio IDFM – 98 FM notamment

“Ana et ses amis” sur la webTV Etoiles du coeur (aujourd’hui arrêtée)

 

Andreas s’attache à décrire avec finesse, sagesse et profondeur certains aspects importants de la spiritualité qui accompagnent la méditation, ce qu’il appelle la psychologie de la méditation.

Il conseille également les auditeurs qui le contactent en direct et leur recommande les mantras adaptés à leur situation.

 

Retrouvez toutes les vidéos sur sa chaine YOU TUBE

 


23 juillet 2015 :

La dernière de la saison de “Suivez votre joie !”. On se retrouve à la rentrée !


“Suivez votre joie !” du 30 juin 2015


29 juin 2015 :

“Suivez votre joie !” du 26 juin 2015



10 juin 2015 :

Andreas reçoit dans “Suivez votre joie” Alain Michel, grand monsieur de l’humanitaire, et actuel président de Terre du Ciel.


29 mai 2015 :

Andreas dans “Suivez votre joie” sur radio Ici et maintenant, 95.2FM. Et Olivier qui lance l’émission et traduit. Une émission qui se veut interactive, dont le but est de faire du salon de l’auditeur un laboratoire d’expérience de la conscience.


19 mai 2015 :

Andreas anime la première de son émission “Suivez votre joie” dans Santé et spiritualité, sur radio Ici et maintenant, 95.2FM. Merci à toutes celles et ceux qui nous ont suivi !


Le 16 avril 2015 : Émission Santé et Spiritualité avec Laurent Fendt sur Radio Ici et Maintenant, 95.2 FM.






Le 10 février 2015, notre dernière émission sur la WebTV Étoiles du Cœur. En effet, à la mi-mars, Jean-Claude Carton, fondateur de la webTV et grand monsieur de la radio, rendait l’âme. Hommage à toi, Jean-Claude.




Le 15 janvier 2015, sur la webTV Etoiles du Coeur, Andreas était invité par Jean-Claude Carton à s’exprimer sur les évènements autour de l’attaque de Charlie Hebdo. Plus de 60 000 internautes ont suivi l’émission !

Extraits du livre Conversations avec Dieu par Neale Donald Walsch

,

Un autre écrivain américain que j’apprécie beaucoup, un génie qui a changé ma vie et ma vision du monde, j’adhère totalement à ses idées

Extraits du livre Conversations avec Dieu

par Neale Donald Walsch

DIEU : “Le sentiment le plus élevé, c’est l’amour parfait, n’est-ce pas ?”
NEALE : “Oui, je crois bien.”
DIEU : “Et peux-tu trouver une meilleure description de Dieu?”
NEALE : “Non, vraiment”
DIEU : “Eh bien, ton âme cherche le sentiment le plus élevé. Elle cherche à ressentir (à être) l’amour parfait. Elle est l’amour parfait et elle le sait. Mais elle veut faire plus que le savoir. Elle veut en faire l’expérience.Bien sûr que tu cherches à être Dieu! Qu’est-ce que tu croyais?” 
NEALE : “Je ne sais pas. Je me pose la question. J’imagine que je n’y ai tout simplement jamais pensé de cette façon. Il semble y avoir là quelque chose de vaguement blasphématoire.” 

DIEU : “N’est-il pas intéressant que tu ne trouves rien de blasphématoire à vouloir ressembler au diable, mais que chercher à ressembler à Dieu t’offense…” 
NEALE : “Oh, minute ! Qui cherche à ressembler au diable ?” 
DIEU : “Toi ! Vous tous ! Vous avez même créé des religions qui vous disent que vous êtes nés dans le péché – que vous êtes pêcheurs de naissance – afin de vous convaincre de votre mauvaise nature. Mais si Je vous disais que vous êtes nés de Dieu – que vous êtes de purs Dieux et Déesses à la naissance – pur amour -, vous Me rejetteriez. Toute ta vie, tu l’as passée à te convaincre que tu es mauvais. Non seulement que tu es mauvais, mais que les choses que tu désires sont mauvaises. Le sexe est mauvais, l’argent est mauvais, la joie est mauvaise, le pouvoir est mauvais, le fait de posséder bien des choses est mauvais, tout, ou presque. Certaines de tes religions t’ont même fait croire qu’il était mauvais de danser, que la musique était mauvaise, qu’il était mauvais de célébrer la vie. Bientôt, tu conviendras qu’il est mauvais de sourire, de rire, d’aimer. Non, non, mon ami, il y a peut-être bien des choses que tu ne sais pas très clairement, mais il y en a une que tu sais clairement: que tu es mauvais, tout comme la plus grande part de ce que tu désires. Ayant porté ce jugement sur toi-même, tu as décidé que tu devais travailler à t’améliorer. C’est bien, d’ailleurs. C’est la même destination de toute façon, seulement, il y a une voie plus rapide, une route plus courte, un parcours plus expéditif.” 

NEALE : “Qu’est-ce que c’est ?” 
DIEU : “C’est d’accepter Qui et Ce Que Tu Es maintenant et de le montrer. 

C’est ce qu’a fait Jésus. C’est la voie du Bouddha, la voie de Krishna, le parcours de tous les Maîtres qui soient apparus sur cette planète. Et de même, chaque Maître apporte le même message : Ce que Je suis, tu l’es. Ce que Je peux faire, tu peux le faire. Ces choses, et d’autres encore, tu les feras aussi. Mais tu n’as pas écouté. Tu as plutôt choisi la voie beaucoup plus difficile de celui que se prend pour le diable, de celui que se croit mauvais. Tu dis qu’il est difficile de suivre la voie du Christ, de suivre les enseignements du Bouddha, de tenir la lampe de Krishna, d’être un Maître. Mais Je te dis ceci: il est beaucoup plus difficile de nier Qui Tu Es que de l’accepter. Tu es la bonté, la miséricorde, la compassion et la compréhension. Tu es la paix, la joie et la lumière. Tu es le pardon et la patience, la force et le courage, celui qui aide en cas de besoin, celui qui réconforte en cas de chagrin, celui qui guérit en cas de blessure, celui qui enseigne en période de confusion. Tu es la sagesse la plus profonde et la vérité la plus élevée: la plus grande paix et le plus grand amour. Tu es cela. Et à certains moments de ta vie, tu t’es connu en tant que tel. Choisis, à présent, de toujours te connaître en tant que tel.” (pages 109 à 111 – Edition Aventure Secrète de J’ai Lu)

Faire et être/Extrait de “Conversations avec Dieu” de Neale Donald Walsch :

DIEU :Faire est une fonction du corps. Etre est une fonction de l’âme. Le corps est toujours en train de faire quelque chose. Chaque minute de chaque jour, il est en train de faire quelque chose. Il n’arrête jamais, il ne se repose jamais, il est constamment en train de faire quelque chose. Il le fait soit au nom de l’âme, soit contre l’âme. C’est la qualité de ta vie qui se trouve en jeu.L’âme est à jamais être. Elle est ce qu’elle est, peu importe ce que fait le corps, et non grâce à ce qu’il fait.Si tu crois que ta vie est centrée sur le faire, tu ne comprends pas ta raison d’être.Ton âme ne se soucie pas de ce que tu fais pour gagner ta vie – et quand ta vie 

sera finie, tu ne t’en soucieras pas non plus. Ce qui compte pour ton âme, c’est uniquement ce que tu es pendant que tu fais ce que tu fais, peu importe quoi. Ce que recherche l’âme, c’est un état d’être et non un état de faire.”
NEALE : “Qu’est-ce que l’âme cherche à être?”
DIEU : “Moi.”
NEALE : “Toi.”
DIEU : “Oui, Moi. Ton âme est Moi, et elle le sait. Ce qu’elle fait, c’est de tenter de ressentir cela. Et ce qu’elle se rappelle, c’est que la meilleure façon d’avoir cette expérience, c’est de ne rien faire. Il n’y a rien d’autre à faire que d’être.”
NEALE : “D’être quoi?”
DIEU : “Tout ce que tu veux être : heureux, triste, faible, fort, joyeux, vengeur, perspicace, aveugle, bon, mauvais, mâle, femelle. Tout ce que tu peux imaginer.Je veux dire littéralement ; tout ce que tu peux imaginer.Mais ce Moi qu’elle cherche à être est très complexe, multidimensionnel, multisensuel. Il y a des millions d’aspects de Moi. Un trillion. Tu vois ? Il y a le profane et le profond, le plus petit et le plus grand, le trivial et le saint, l’affreux et le Divin. Tu vois ?
NEALE : “Oui, oui, je vois… haut et bas, gauche et droite, ici et là, avant et après, bien et mal …”
DIEU : “Précisément. Je suis l’Alpha et l’Omega. Ce n’est pas seulement une jolie phrase ou un concept chic : c’est la Vérité exprimée.Alors, en cherchant à être Moi, l’âme a une tâche grandiose devant elle, un énorme menu d’états d’être à partir duquel elle peut choisir. Et c’est ce qu’elle est en train de fair en ce moment.”
NEALE : “Choisir des états d’être.”
DIEU : “Oui, puis produire les conditions bonnes et parfaites au sein desquelles créer l’expérience de cela. Par conséquent, rien ne t’arrive ou n’arrive par ton intermédiaire si ce n’est pour ton plus grand bien.”
NEALE : “[…] Est-ce que Tu dis que c’est l’état d’être que je choisis qui détermine mon succès matériel?”
DIEU : “Je ne me préoccupe pas de ton succès matériel : toi seul t’en préoccupes.
Les Maîtres véritables sont ceux qui ont choisi de créer leur vie, plutôt que de la gagner.
De certains états d’âme naîtra une vie si riche, si pleine, si magnifique et si gratifiante que tu ne te soucieras ni des biens matériels ni du succès matériel.L’ironie de la vie, c’est que dès que tu ne te préoccupes plus des biens matériels et du succès matériel, la voie est ouverte pour qu’ils circulent dans ta direction.” (pages 206 à 213 – Edition Aventure Secrète de J’ai Lu).

Neale Donald WALSCH

Effets de la polarisation qui s’annonce sur les individus

Comment prendre le contrôle de son mental manipulé par la conscience collective

Extrait de “Conversations avec Dieu” de Neale Donald Walsch :

NEALE : “Comment changer mon idée? Mon idée, c’est mon idée. Mes pensées, mes attitudes, mes idées ne se sont pas créées instantanément. J’imagine qu’elles sont le résultat d’années d’expériences, d’une vie de rencontres. Tu as raison à propos de l’idée que je me fais de l’argent, mais comment puis-je changer cela ?”

DIEU : “C’est peut-être la question la plus intéressante du livre. La méthode habituelle de création, pour la plupart des humains, est un processus en trois étapes impliquant la pensée, la parole et l’action.
D’abord vient la pensée : l’idée formatrice, le concept initial. Puis vient la parole. La plupart des pensées finissent par former des paroles, écrites ou orales. Cela donne un monde où elle peut être remarquée par d’autres.
Finalement, dans certains cas, les paroles sont mises en action, et on obtient ce qu’on appelle un résultat : une manifestation, dans le monde physique, de ce qui a commencé par une pensée.
Tout, autour de toi, dans le monde que l’homme a créé, est né ainsi, ou d’une variante. Les trois centres de création ont été utilisés.
A présent vient la question : comment changer une pensée racine?
Oui, c’est une très bonne question. Elle est très importante, car si les humains ne changent pas quelques unes de leurs pensées racines, l’humanité pourrait se condamner elle-même à l’extinction.
La façon la plus rapide de changer une pensée racine, ou une idée qui parraine, est d’inverser le processus pensée-parole-action.”

NEALE : “Explique-moi.”

DIEU : “Pose le geste à propos duquel tu veux avoir la nouvelle pensée. Puis, prononce les paroles à propos desquelles tu veux avoir la nouvelle pensée. Si tu fais cela assez souvent, tu formeras le mental à penser d’une nouvelle façon.”

NEALE : “Former le mental? N’est-ce pas du contrôle mental? N’est-ce pas de la manipulation mentale?”

DIEU : “Sais-tu dans quelle mesure ton mental a engendré les pensées qu’il entretient maintenant? Sais-tu que c’est ton monde qui a manipulé ton mental pour qu’il pense comme tu le fais ? Ne vaudrait-il pas mieux que ce soit toi qui manipules ton mental, plutôt que le monde?
Ne vaudrait-il pas mieux, pour toi, de former les pensées que tu veux avoir, plutôt que celles des autres? N’es-tu pas mieux armé avec des pensées créatives plutôt qu’avec des pensées réactives?

Mais ton mental est rempli de pensées réactives – de pensées qui naissent de l’expérience des autres. Un très petit nombre de tes pensées naissent de données que tu as produites, encore moins de préférences que tu as produites.
Ta propre pensée de base à propos de l’argent en est un exemple primordial. Ta pensée à propos de l’argent (c’est mauvais) va directement à l’encontre de ton expérience (c’est magnifique d’avoir de l’argent!). Alors, afin de justifier ta pensée racine, tu dois courir dans tous les sens et te mentir à propos de ton expérience.
Tu es tellement enfoncé dans cette pensée qu’il ne te vient jamais à l’esprit que l’idée que tu te fais à propos de l’argent puisse être incorrecte.
Le moment est maintenant venu de produire ta propre information. C’est ainsi que nous changeons une pensée de base, et que nous en faisons ta pensée de base et non celle d’un autre.” (pages 199 à 201).

Oubliez la religion

Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch

DIEU : Retournez à la spiritualité. Oubliez la religion.

NEALE : Pourquoi dis-Tu : oubliez la religion ?

DIEU : Parce qu’elle n’est pas bonne pour vous. Comprends que pour avoir du succès, la religion organisée doit faire croire aux gens qu’ils en ont besoin. Pour que les gens prêtent foi à quelque chose, ils doivent d’abord perdre la foi en eux-mêmes. Alors, la première tâche de la religion organisée est de vous faire perdre la foi en vous-mêmes. La seconde tâche est de vous faire voir qu’elle possède les réponses que vous n’avez pas. Et la troisième et la plus importante est de vous faire accepter ses réponses sans poser de questions.Si vous posez des questions, vous commencez à revenir à cette Source intérieure. La religion ne peut vous le permettre, car vous êtes susceptibles de trouver une réponse différente de celle qu’elle a cherchée. Alors, la religion doit vous faire douter de votre propre capacité de penser clairement. Le problème, avec la religion, c’est que très souvent, cela refoule, car si vous ne pouvez accepter sans le moindre doute vos propres pensées, comment pouvez-vous ne pas douter des nouvelles idées à propos de Dieu que la religion vous a données ?Bientôt, vous douterez même de Mon existence, dont, ironiquement, vous n’avez jamais douté auparavant. Lorsque vous viviez selon votre connaissance intuitive, vous ne me compreniez peut-être pas complètement, mais vous saviez certainement que J’étais là !C’est la religion qui a créé les agnostiques.Quiconque pense clairement et regarde ce que la religion a fait doit prendre pour acquis que la religion n’a aucun Dieu ! Car c’est la religion qui a rempli les cœurs des hommes de la peur de Dieu, tandis qu’avant, l’homme aimait Ce Qui Est dans toute sa splendeur.C’est la religion qui a ordonné aux hommes de s’incliner devant Dieu, tandis qu’avant l’homme se levait dans un joyeux mouvement.C’est la religion qui a chargé l’homme d’inquiétudes à propos de la colère de Dieu, tandis qu’auparavant l’homme cherchait Dieu pour alléger son fardeau !C’est la religion qui a dit à l’homme d’avoir honte de son corps et de ses fonctions les plus naturelles, alors qu’auparavant l’homme célébrait ces fonctions comme les plus grands cadeaux de la vie !C’est la religion qui vous a enseigné que vous deviez avoir un intermédiaire afin d’atteindre Dieu, tandis qu’avant vous aviez l’impression d’atteindre Dieu vous-mêmes, en vous contentant de vivre votre vie dans la bonté et la vérité.Et c’est la religion qui a ordonné aux humains d’adorer Dieu, tandis qu’avant les humains adoraient Dieu parce qu’il était impossible de ne pas le faire !

Partout où elle est passée, la religion a créé la division qui est à l’opposé de Dieu.La religion a séparé l’homme de Dieu, l’homme de l’homme, l’homme de la femme ; certaines religions disent en fait à l’homme qu’il est au-dessus de la femme, alors même qu’elles proclament que Dieu est au-dessus de l’homme, mettant ainsi en place l’un des plus grands travestissements jamais imposé à la moitié de la race humaine.
Je te dis ceci : Dieu n’est pas au-dessus de l’homme, et l’homme n’est pas au-dessus de la femme, ce n’est pas « l’ordre naturel des choses ». Mais tous ceux qui ont du pouvoir (c’est-à-dire les hommes) voulaient qu’il en soit ainsi lorsqu’ils ont fondé leurs religions sur le culte du masculin, écartant systématiquement de leur version finale des « écritures saintes » la moitié de leur contenu et déformant le reste pour l’adapter au moule de leur modèle masculin du monde.
C’est la religion qui prétend encore aujourd’hui que les femmes sont en quelque sorte inférieures, en quelque sorte des citoyens spirituels de seconde zone, en quelque sorte mal « adaptées » à l’enseignement de la parole de Dieu, à la prédication de la Parole de Dieu, ou à la prêtrise. Comme des enfants, vous êtes encore en train de vous disputer à propos de l’ordination des femmes ! Je te dis ceci : Vous êtes tous des prêtres. Chacun de vous.Il n’y a pas une personne ou une classe de gens qui soit mieux « adaptée » qu’une autre pour accomplir Mon œuvre.Mais un si grand nombre de vos hommes ressemblent exactement à vos pays. Affamés de pouvoir, ils n’aiment pas le partager, ils ne veulent que l’exercer. Et ils ont construit le même genre de Dieu. Un Dieu affamé de pouvoir. Un Dieu qui n’aime pas partager le pouvoir mais tout simplement l’exercer. Mais Je te dis ceci : le plus grand cadeau de Dieu est le partage du pouvoir de Dieu.Je préfère que vous soyez comme Moi. (Pages 328 à 331 – Edition J’ai Lu Aventure Secrète)

Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch
J’ai dit : « Dieu est tout et Dieu devient tout. Il n’y a rien que Dieu ne soit pas et tout ce dont Dieu fait l’expérience de Lui-même, Dieu en fait l’expérience, en tant que, et à travers toi. » Sous ma forme la plus pure, Je suis l’Absolu. Je suis Absolument Chaque Chose, et par conséquent Je n’ai besoin de rien, Je ne veux et Je n’exige absolument rien.Dans ma forme absolument pure, Je suis tel que tu Me fais. C’est comme si enfin tu voyais Dieu et que tu disais : « Eh bien, qu’est-ce que c’est que ça ? » Mais peu importe ce que vous faites de Moi, Je ne peux oublier et je reviendrai toujours à ma Forme la Plus Pure. Tout le reste est une fiction. C’est quelque chose que tu es en train d’inventer.Certains voudraient faire de Moi un Dieu jaloux ; mais qui pourrait être jaloux alors qu’on a, et qu’on est, Tout ?Certains voudraient que Je sois un Dieu coléreux ; mais qu’est-ce qui pourrait Me mettre en colère alors que JE ne peux être blessé ni estropié d’aucune façon ?

Certains voudraient faire de moi un Dieu vengeur ; mais sur qui jetterais-Je ma vengeance, puisque tout ce qui existe est Moi ?Et pourquoi Me punirais-Je pour avoir tout simplement créé ? Ou, si tu dois considérer que nous sommes séparés, pourquoi t’aurais-Je créé, t’aurais-Je donné le pouvoir de créer, t’aurais-Je donné la liberté de créer ce dont tu veux faire l’expérience, pour ensuite te punir à jamais d’avoir fait le « mauvais » choix ?Je te dis ceci : je ne ferais rien de tel, et sur cette vérité repose ta liberté par rapport à la tyrannie de Dieu.
En vérité, il n’y pas de tyrannie, sinon dans ton imagination.Tu peux revenir chez toi chaque fois que tu le voudras. L’extase de ton union avec Moi est à nouveau à ta portée. En un clin d’œil. Quand tu sentiras le vent sur ton visage. Quand tu entendras un criquet sous un ciel de diamants par une nuit d’été.A la première vue d’un arc-en-ciel et au premier cri d’un nouveau-né. Au dernier rayon d’un crépuscule spectaculaire et au dernier souffle d’une vie spectaculaire.Je serai toujours avec toi, même jusqu’à la fin des temps. Ton union avec Moi est complète ; elle a toujours été, l’est toujours et le sera toujours. Toi et Moi ne faisons qu’Un, maintenant et à jamais.Va, maintenant, et fais de ta vie une affirmation de cette vérité.Fais en sorte que tes jours et tes nuits soient des reflets de l’idée la plus élevée qui soit en toi. Laisse tes instants présents se remplir de l’extase spectaculaire de Dieu qui se manifeste par toi. Fais-le par l’expression de ton Amour, éternel et inconditionnel, pour tous ceux dont tu atteins la vie. Sois une lueur dans l’obscurité, et ne maudis pas celle-ci…Extrait de “Conversation avec Dieu”, Tome II de Neale Donald Walsch (Pages 332-333 – Edition J’ai Lu Aventure Secrète)

Extrait:Conversation Avec Dieu/Neale Donald walsch  Chapitre 29 de Retour à Dieu …

Dès que vous céderez à l’amour et que vous le laisserez vous mener exactement là où votre âme veut aller, vous n’aurez aucune difficulté.Tu as déjà mentionné la méditation, la prière profonde, certaines disciplines (tels yoga, taï chi), la danse et le rituel comme moyens d’augmenter l’harmonie, la paix et l’état de résonance ou d’union avec le Divin. Peux-tu indiquer d’autres « trucs »

Eh bien, nous allons encore rencontrer des problèmes linguistiques. Il est très difficile de décrire certaines expériences dans le cadre limité des mots. C’est pourquoi je vous ai tous encouragés à former des images, autant que possible. Même si les images de votre esprit sont des métaphores, elles sont souvent plus à même de vous apporter le sentiment de « connaissance Par « centration de la présence entière », j’entends ces moments où chacun est pleinement présent quand cela se produit dans sa vie, des moments où pas une seule partie de son corps, de son esprit ou de son âme n’est « ailleurs ». 
La plupart des gens y parviennent rarement, mais les personnes qui ont une réelle volonté d’y arriver peuvent le faire régulièrement.Avec détermination, vous pouvez détacher votre esprit de tout le reste et le diriger immédiatement vers cet instant. Certains d’entre vous appellent cette expérience la « centration », ou la « présence » entière.
Ram Dass a écrit un livre à ce sujet, intitulé Be Here Now. Il y a aussi l’ouvrage plus récent d’ Eckhart Tolle, Le Pouvoir du moment présent. (ed. Ariane)On peut notamment atteindre cet état d’être en se regardant dans un miroir. C’est un outil incroyablement fort, et plus simple qu’il n’y paraît.Il ne faut surtout pas détourner les yeux si ce regard profond vous rend mal à l’aise. Si vous êtes capable de soutenir votre regard pendant plus de dix secondes, vous commencerez à ressentir une telle compassion et un tel amour pour vous-même que vous ne saurez presque pas quoi en faire. Il vous sera peut-être même très difficile d’absorber ces sentiments si vous n’avez pas l’habitude de vous aimer – ce qui est le cas de la plupart des gens, hélas. Contentez-vous de rester présent à ces sentiments et de les accueillir.

Continuez de regarder de plus en plus profondément dans vos yeux. Si vous utilisez un miroir à main, vous pouvez vous asseoir et poursuivre. Puis, soudain, après avoir regardé profondément dans vos propres yeux aussi longtemps que vous le pouvez, fermez simplement et rapidement les yeux, et rester présent au sentiment qui s’en suit. Très souvent, vous vous sentirez fusionné à l’Essence. Cela pourrait ne durer qu’un moment – ou le reste de la journée.
Si vous avez un compagnon de vie ou un ami proche, tentez une variante de ce processus en regardant profondément dans les yeux de l’autre. Encore une fois, ne détournez pas les yeux, même si ce regard profond devient gênant. Cela passera bientôt, et vous fondrez dans une douceur et un éclat intérieur en vous sentant fusionner avec le Soi de l’autre.Ce que vous voyez lorsque vous regardez profondément dans vos propres yeux ou ceux d’une autre personne, c’est l’âme. Les yeux sont les fenêtres de l’âme.
Comme je l’ai dit plutôt – rappelez-vous-, si vous regardez dans les yeux de quelqu’un d’autre, ou dans vos propres yeux, en vous attendant à y voir Dieu, vous le verrez. Si vous ne vous y attendez pas, vous ne le verrez pas. D’une manière ou d’une autre, cependant, vous deviendrez véritablement présent. Et devenir pleinement présent à l’ici-maintenant est un moyen très efficace d’éliminer les distractions et les excursions de l’esprit vagabond et de vous ramener à une expérience beaucoup plus élevée de la vie que vous vivez.

Vous ne pouvez regarder dans les yeux d’une autre créature vivante sans devenir pleinement présent. Cela inclut votre chien, votre chat, et même un animal sauvage. Arrêtez-vous net et fixez les yeux d’un animal sauvage – un lion, un tigre ou un ours – et voyez si vous ne vous sentez pas pleinement présent.Il est particulièrement difficile de regarder un autre humain dans les yeux pour une période de temps quelconque sans se mettre à en tomber amoureux. C’est pourquoi les gens détournent si rapidement les yeux. Ils n’osent pas se regarder dans les yeux très longtemps, car l’amour qui s’ensuivrait les renverserait. Mais s’ils sont ainsi renversés, c’est qu’ils ne savent que faire de cet amour.
Dès que vous céderez à l’amour et que vous le laisserez vous mener exactement là où votre âme veut aller, vous n’aurez aucune difficulté. Toute lutte cessera alors, et vous connaîtrez l’Union.C’est ce qui se passe au Moment de Fusionnement, au moment de l’Emersion totale avec l’essence. C’est une façon de commencer – ou de terminer – une journée dans la guérison.Ou de terminer une vie, semble-t-il. Tu affirmes, n’est-ce pas, que certaines personnes peuvent faire l’expérience de cette fusion, de fondre dans l’union, au cours de leur vie physique, mais que tous les gens en font l’expérience au moment de leur mort ? Est-ce que j’ai bien compris ?Tout à fait. Personne n’est exclu, personne n’est disqualifié ni abandonné.

Que dirait Dieu face à la plupart de nos questions ? Dans ce livre devenu best-seller, N. D. Walsch fait parler Dieu sur des questions universelles et ordinaires. Dieu ou N.D.Walsh, finalement, peu importe, tant la qualité des réponses est remarquable et parce que ce livre n’est à prendre au pied de la lettre, il est d’abord fait pour nous faire réfléchir avec humour et sagesse sur les questions essentielles de la vie.

Ce mois-ci, nous vous en proposons un extrait sur l’argent : Pourquoi est-ce que je n’attire jamais suffisamment d’argent dans ma vie ?

J’aimerais revenir à ma liste de questions. J’aimerais les revoir en détail. Nous pourrions consacrer tout un livre aux relations personnelles; je suis bien placé pour le savoir. Mais alors, je n’arriverais jamais à mes autres questions.

Il y aura d’autres moments, d’autres lieux et même d’autres livres. Je suis avec toi. Passons à autre chose, nous y reviendrons si nous en avons le temps.

D’accord. Voici ma question suivante Pourquoi est-ce que je n’attire jamais suffisamment d’argent dans ma vie? Suis-je destiné à économiser sur tout à tout jamais? Qu’est-ce qui m’empêche de réaliser mon plein potentiel à cet égard?

Cet état ne se manifeste pas seulement chez toi, mais chez un grand nombre de gens.

Tout le monde me dit que c’est un problème d’estime de soi; un manque d’estime de soi. Une douzaine d’enseignants du Nouvel Âge m’ont dit que tout manque peut toujours être relié à un manque d’estime de soi.

C’est une simplification commode. Dans ce cas, tes enseignants ont tort. Tu ne souffres pas d’un manque d’estime de soi. En vérité, ton plus grand défi, toute ta vie, a été de contrôler ton ego. Selon certains, c’est un cas d’excès d’estime de soi!

Eh bien, je me sens à nouveau gêné et peiné, mais Tu as raison.

Tu dis sans cesse que tu es gêné et peiné chaque fois que Je te dis tout simplement la vérité à ton propos. La gêne est la réaction d’une personne qui a encore un investissement de l’ego dans la façon dont les autres la voient. Invite-toi à dépasser cela. Essaie une nouvelle réaction. Essaie le rire.

D’accord.

Ton problème n’est pas l’estime de soi. Tu es doté d’une abondante estime de soi, comme la plupart des gens. Vous avez tous une opinion très élevée de vous~mêmes, à raison d’ailleurs. Alors, pour la très grande majorité des gens, le problème n’est pas là.

Quel est-il, alors?

Le problème est un manque de compréhension des principes d’abondance, habituellement ajouté à un très grand manque de jugement à propos de ce qui est “bon” et de ce qui est “mauvais”.

Permets-moi de te donner un exemple.

S’il Te plaît.

Tu entretiens la pensée que l’argent est mauvais. Tu entretiens également la pensée que Dieu est bon. Mille fois merci! Par conséquent. dans ton système de pensée, Dieu et l’argent ne font pas bon ménage.

Ce qui rend les choses intéressantes, c’est que tu peux difficilement considérer l’argent comme une bonne chose.

C’est-à-dire que si tu trouves qu’une chose est très “bonne”, tu lui accordes une valeur moindre en termes monétaires. Alors, “meilleure” elle est (c’est-à-dire plus grande est sa valeur), moins elle vaut en termes d’argent.

Tu n’es pas le seul dans ce cas toute ta société entretient cette croyance. Par conséquent, vos enseignants reçoivent un salaire dérisoire et les strip-teaseuses, une fortune. Vos leaders font si peu, en comparaison des vedettes du sport, qu’ils se croient obligés de voler pour compenser la différence. Vos prêtres et vos rabbins vivent de pain et d’eau alors que vous lancez de l’argent aux vedettes du spectacle.

Penses-y si tu accordes à une chose une valeur intrinsèque élevée, tu insistes pour qu’elle soit bon marché. Le chercheur scientifique solitaire qui cherche un remède au sida quémande sans cesse de l’argent, tandis que la femme qui écrit un livre sur les cent nouvelles façons de faire l’amour et produit des cassettes et des séminaires de fins de semaine pour l’accompagner… récolte une fortune.

Cette façon de penser contradictoire est une propension que vous avez; elle vient d’une idée fausse.

Cette idée fausse, c’est celle que vous entretenez sur l’argent. Vous aimez l’argent, mais vous dites que c’est la racine de tout mal. Vous l’adorez, mais vous l’appelez “fric”. Vous dites qu’une personne est “salement riche”. Et si une personne devient vraiment riche en faisant de “bonnes” choses, elle devient immédiatement suspecte. Vous dites que c’est “mauvais”.

Ainsi, un médecin ne doit pas gagner trop d’argent, à moins d’apprendre à être discret sur ce point. Et un pasteur – holà! Il vaut vraiment mieux qu’il ou elle ne gagne pas beaucoup d’argent (en prenant pour acquis que vous laisseriez une femme être pasteur), sinon, il ou elle aura à coup sûr des problèmes.

Tu vois, dans ton esprit, une personne qui choisit la vocation la plus élevée doit être la moins bien payée…

Hmmm.

Oui, “hmmm”, tout à fait. Penses-y comme il faut, car c’est une idée complètement fausse.

Je croyais que le bien et le mal n’existaient pas.

C’est vrai, Il n’y a que ce qui te sert et ce qui ne te sert pas. Les termes “bon” ou “mauvais” sont relatifs, et les seules fois où Je les utilise, c’est ainsi. Dans ce cas-ci, en relation avec ce qui te sert (par rapport à ce que tu dis vouloir), tes idées sur l’argent sont fausses.

Rappelle-toi, les pensées sont créatives. Alors, si tu crois que l’argent est mauvais mais que tu te crois bon… eh bien, tu peux voir le conflit.

Alors toi, en particulier, Mon fils, tu agis carrément en fonction de cette conscience collective. Pour la plupart des gens, le conflit n’est pas aussi énorme que pour toi. Comme la plupart des gens font des choses qu’ils détestent pour gagner leur vie, ils n’ont pas d’objection à recevoir de l’argent en retour. Un “mal” pour un “mal”, pour ainsi dire. Mais toi, tu aimes ce que tu fais de ta vie. Tu adores les activités dont tu la remplis à craquer.

Donc, le fait de recevoir de grosses sommes d’argent en échange de tes services serait, dans ton système de pensée, recevoir un “mal” pour un “bien” et c’est inacceptable à tes yeux. Tu préférerais crever de faim plutôt que de recevoir du “fric” pour un pur service… comme si, d’une certaine façon, le service perdait sa pureté si tu recevais de l’argent en échange.

On obtient alors cette véritable ambivalence à propos de l’argent. Une part de toi le rejette et une part de toi a du ressentiment de ne pas en avoir. L ‘univers ne sait pas quoi faire de cela, car il a reçu deux pensées différentes de ta part. C’est pourquoi ta vie, en ce qui concerne l’argent, connaît des hauts et des bas, car tu vas de haut en bas à propos de l’argent.

Ton point de vue n’est pas clair; tu n’es pas vraiment certain de ce qui est vrai pour toi. Et l’univers n’est qu’une grande photocopieuse; elle ne produit que des copies multiples de tes pensées.

Par conséquent, il n’y a qu’une façon de changer tout cela tu dois changer l’idée que tu t’en fais.

Comment changer mon idée? Mon idée, c’est mon idée. Mes pensées, mes attitudes, mes idées ne se sont pas créées instantanément. J’imagine qu’elles sont le résultat d’années d’expériences, d’une vie de rencontres. Tu as raison à propos de l’idée que je me fais de l’argent, mais comment puis-je changer cela?

C’est peut-être la question la plus intéressante du livre. La méthode habituelle de création, pour la plupart des humains, est un processus en trois étapes impliquant la pensée, la parole et l’action.

D’abord vient la pensée l’idée formatrice, le concept initial. Puis vient la parole. La plupart des pensées finissent par former des paroles, écrites ou orales. Cela donne un supplément d’énergie à la pensée et la pousse dans le monde où elle peut être remarquée par d’autres.

Finalement, dans certains cas, les paroles sont mises en action, et on obtient ce qu’on appelle un résultat, une manifestation, dans le monde physique, de ce qui a commencé par une pensée.

Tout, autour de toi, dans le monde que l’homme a créé, est né ainsi, ou d’une variante. Les trois centres de création ont été utilisés.

À présent vient la question comment changer une pensée racine?

Oui, c’est une très bonne question. Elle est très importante, car si les humains ne changent pas quelques-unes de leurs pensées racines, l’humanité pourrait se condamner elle-même à l’extinction.

La façon la plus rapide de changer une pensée racine, ou une idée qui parraine, est d’inverser le processus pensée-parole-action.

Explique-moi.

Pose le geste à propos duquel tu veux avoir la nouvelle pensée. Puis, prononce les paroles à propos desquelles tu veux avoir la nouvelle pensée. Si tu fais cela assez souvent, tu formeras le mental à penser d’une nouvelle façon.

Former le mental? N’est-ce pas du contrôle mental? N’est-ce pas de la manipulation mentale?

Sais-tu dans quelle mesure ton mental a engendré les pensées qu’il entretient maintenant? Sais-tu que c’est ton monde qui a manipulé ton mental pour qu’il pense comme tu le fais? Ne vaudrait-il pas mieux que ce soit toi qui manipules ton mental, plutôt que le monde?

Ne vaudrait-il pas mieux, pour toi, de former les pensées que tu veux avoir, plutôt que celles des autres? N’es-tu pas mieux armé avec des pensées créatives plutôt qu’avec des pensées réactives?

Mais ton mental est rempli de pensées réactives – de pensées qui naissent de l’expérience des autres. Un très petit nombre de tes pensées naissent de données que tu as produites, encore moins de préférences que tu as produites.

Ta propre pensée de base à propos de l’argent en est un exemple primordial. Ta pensée à propos de l’argent (c’est mauvais) va directement à l’encontre de ton expérience (c’est magnifique d’avoir de l’argent!). Alors, afin de justifier ta pensée racine, tu dois courir dans tous les sens et te mentir à propos de ton expérience.

Tu es tellement enfoncé dans cette pensée qu’il ne te vient jamais à l’esprit que l’idée que tu te fais à propos de l’argent puisse être incorrecte.

Le moment est maintenant venu de produire ta propre information.

C’est ainsi que nous changeons une pensée de base, et que nous en faisons ta pensée de base et non celle d’un autre.

En passant, tu as une autre pensée, à propos de l’argent, que Je n’ai pas encore mentionnée.

Quelle est-elle?

Qu’il n’y en a pas assez. En fait, tu entretiens cette pensée de base à propos d’à peu près tout. Pas assez d’argent, pas assez de temps, pas assez d’amour, pas assez de nourriture, d’eau, de compassion dans le monde… Peu importe ce qu’il y a de bon, il n’y en a tout simplement pas assez.

Cette conscience de race, établie autour du “pas assez”, crée et recrée le monde tel que tu le vois.

D’accord, alors j’ai deux pensées de base (pensées racines) à changer à propos de l’argent.

Au moins deux et probablement bien davantage. Voyons… l’argent est mauvais.., l’argent est rare.., on ne peut recevoir d’argent pour accomplir l’œuvre de Dieu (c’est une pensée importante pour toi)… l’argent n’est jamais gratuit… l’argent ne pousse pas dans les arbres (alors qu’en fait, il y pousse)… l’argent corrompt…

Je vois que j ‘ai un long chemin à parcourir.

Oui, c’est vrai, si tu n’es pas heureux de ta présente situation financière. D’autre part, tu dois comprendre que tu es malheureux de ta présente situation financière parce que tu es malheureux de ta présente situation financière.

Tu es parfois difficile à suivre.

Tu es parfois difficile à guider.

Écoute, c’est Toi le Dieu, ici. Pourquoi est-ce que Tu ne formules pas cela de telle façon que ce soit facile à comprendre?

C’est ce que j’ai fait.

Alors, pourquoi est-ce que Tu ne fais pas en sorte que je comprenne, si c’est ce que Tu veux vraiment?

Ce que Je veux vraiment, c’est ce que tu veux vraiment – ni plus, ni moins. Ne vois-tu pas que c’est le plus grand cadeau que Je t’aie fait? Si Je voulais que tu aies autre chose que ce que tu veux, puis si Je faisais en sorte que tu l’obtiennes, où serait ton libre choix? Comment peux-tu être un être créatif si Je dicte ce que tu seras, feras et auras? Ma joie est dans ta liberté non dans ton obéissance.

D’accord. Que voulais-Tu dire en affirmant que je suis malheureux de ma situation financière parce que je suis malheureux de ma situation financière?

Tu es ce que tu crois être. Quand ta pensée est négative, cela devient un cercle vicieux. Tu dois trouver une façon de briser le cercle.

Une grande part de ton expérience actuelle est fondée sur ta pensée antérieure. La pensée mène à l’expérience, qui mène à la pensée qui mène à l’expérience. Lorsque la pensée racine est joyeuse, cela peut produire une joie constante. Lorsque la pensée racine est infernale, cela peut provoquer, et cela provoque, un enfer continuel.

Le truc, c’est de changer la pensée racine. J’étais sur le point de te montrer comment.

Vas-y.

Merci.

Il faut d’abord inverser le paradigme pensée-parole-action. Te rappelles-tu le vieil adage “Pense avant d’agir”?

Oui.

Eh bien, oublie-le. Si tu veux changer une pensée de base, tu dois agir avant de penser.

Exemple: tu marches dans la rue et tu rencontres une vieille dame qui demande des sous. Tu t’aperçois que c’est une sans-abri et qu’elle vit au jour le jour. Tu sais instantanément que, même si tu as peu d’argent, tu en as sûrement assez pour partager avec elle. Ta première impulsion, c’est de lui donner de la monnaie. Il y a même une part de toi qui est prête à fouiller dans ta poche pour y chercher un billet, une petite coupure, peut-être un billet de cinq. Peu importe, fais en sorte que ce soit un moment grandiose pour elle. Comble-la.

Alors, la pensée intervient. Quoi, t’es fou? On n’a qu’une poignée de billets pour passer la journée! Tu veux lui en donner un? Tu commences alors à fouiller dans ta poche.

Encore la même pensée : eh, eh, allons, tu n’es pas riche au point de pouvoir tout simplement donner tes billets! Donne-lui des sous, pour l’amour du ciel, et allons-nous en.

Tu fouilles rapidement dans l’autre poche pour essayer d’en sortir des pièces. Tes doigts ne trouvent que des sous. Tu es gêné. Te voilà, tout habillé, bien nourri et tu marchandes avec cette pauvre femme qui n’a rien.

Tu essaies en vain de trouver une ou deux pièces de monnaie convenables. Oh, il y en a une, au fond de ta poche. Mais maintenant, tu l’as dépassée, en souriant faiblement et il est trop tard pour revenir sur tes pas. Elle n’en retire rien. Tu n’en retires rien, toi non plus, au lieu d’avoir la joie de connaître ton abondance et de la partager, tu te sens à présent aussi pauvre que cette femme.

Pourquoi ne lui as-tu pas tout simplement donné les billets de banque! C’était ta première impulsion, mais ta pensée s’est soudainement mise en travers.

La prochaine fois, décide d’agir avant de penser. Donne l’argent. Vas-y! Tu en as et il en viendra bien davantage. C’est la seule pensée qui te sépare de cette sans-abri. Tu sais clairement qu’il en viendra davantage mais elle, elle ne le sait pas.

Lorsque tu voudras changer une pensée de base, agis selon la nouvelle pensée que tu as. Mais tu dois agir rapidement, sinon ton esprit va tuer l’idée avant que tu t’en rendes compte. Je veux dire littéralement que l’idée, la nouvelle vérité, sera morte en toi avant que tu aies la chance de la connaître.

Alors, lorsque l’occasion se présentera, agis rapidement, et si tu fais cela assez souvent, ton esprit va bientôt saisir l’idée. Ce sera ta nouvelle pensée.

Oh, je viens de saisir quelque chose! Est-ce ce qu’on entend par le Mouvement de la pensée nouvelle?

Si ce n’est pas cela, ce devrait l’être. La pensée nouvelle, c’est ta seule chance. C’est ta seule véritable occasion d’évoluer, de grandir, de vraiment devenir Qui Tu Es Vraiment.

À présent, ton esprit est rempli de vieilles pensées. Non seulement de vieilles pensées, mais surtout les vieilles pensées de quelqu’un d’autre. Il est important, à présent, il est temps de changer d’idée à propos de certaines choses. C’est cela, l’évolution.

Neale Donald WALSCH

Conversation avec Dieu » de Neale Donald Walsch
Tome 2, chapitre 2, extraits
Alors, dis-moi encore. Pourquoi est-ce que je mets tellement de temps à créer la réalité que je
choisis?
Pour un certain nombre de raisons. Parce que tu ne crois pas pouvoir avoir ce que tu choisis. Parce
que tu ne sais pas quoi choisir. Parce que tu essaies sans cesse de te figurer ce qu’il y a de «mieux»
pour toi. Parce que tu veux à l’avance des garanties sur tes choix. Et parce que tu changes sans cesse
d’idée!
Voyons si je comprends bien. Je ne devrais pas essayer de déterminer ce qu’il y a de mieux pour
moi?
«Mieux» est un terme relatif, en rapport avec cent variables. Cela rend les choix très difficiles. II ne
devrait y avoir qu’une seule considération lorsqu’on décide quoi que ce soit : Est-ce que cela affirme
Qui Je Suis? Est-ce que cela annonce Qui Je Choisis d’Être? Toute la vie doit être une telle
déclaration. En fait, toute la vie en est une.
Tu peux laisser cette déclaration se faire par hasard ou par choix. Une vie vécue par choix est une
vie d’actions conscientes. Une vie vécue au hasard est une vie de réactions inconscientes. La
réaction n’est que cela : une action que tu as déjà accomplie. Lorsque tu «ré-agis», tu évalues
l’information qui entre, fouilles ta banque de mémoire à la recherche de la même expérience ou
presque, et agis de la même façon qu’avant. C’est un travail de l’esprit, et non de l’âme. Ton âme
voudrait que tu fouilles sa «mémoire» pour voir comment tu pourrais créer une expérience
véritablement authentique de Toi dans l’Instant présent. C’est l’expérience d’«introspection» dont tu
as si souvent entendu parler, mais tu dois littéralement «perdre la tête» pour la faire.
Lorsque tu passes ton temps à essayer de découvrir ce qui vaut «mieux» pour toi, tu perds ton
temps. Mieux vaut gagner du temps qu’en perdre. Perdre la tête est une façon magnifique de gagner
du temps. Les décisions sont rapides, les choix sont rapidement activés, parce que ton âme ne crée
qu’à partir de l’expérience présente, sans examen, ni analyse, ni critique des rencontres passées.
Rappelle-toi ceci : l’âme crée, l’esprit réagit.
….
L’âme veut se connaître de façon expérientielle, et ainsi, Me connaître, car l’âme comprend que Toi
et Moi ne faisons qu’Un, même si l’esprit nie cette vérité et que le corps agit à partir de ce déni. Par
conséquent, aux moments de grande décision, perds la tête et cherche ton âme. L’âme comprend ce
que l’esprit ne peut concevoir.
Si tu passes ton temps à essayer d’imaginer ce qui vaut «mieux» pour toi, tes choix seront prudents,
tes décisions s’éterniseront et ton voyage débutera sur une mer d’attentes. Si tu ne fais pas attention,
tu vas te noyer dans tes attentes.
Ouf! C’est toute une réponse! Mais comment écouter mon âme? Comment reconnaître la vérité de
ce que j’entends?
L’âme te parle sous forme de sentiments. Écoute tes sentiments. Suis tes sentiments. Respecte tes
sentiments.
….
Certains sentiments sont des sentiments véritables, c’est-à-dire des sentiments nés dans l’âme, et
certains sont contrefaits. Ces derniers sont des constructions de ton esprit. Autrement dit, ce ne sont
pas du tout des «sentiments», ce sont des pensées, des pensées déguisées en sentiments.
Ces pensées sont fondées sur ton expérience antérieure et sur l’expérience des autres telle que tu l’as
observée. Tu vois quelqu’un grimacer en se faisant extraire une dent; tu grimaces lorsque tu te fais
extraire ta dent. Cela ne fait peut-être même pas mal, mais tu grimaces de toute façon. Ta réaction
n’a rien à voir avec la réalité, elle ne concerne que ta perception de la réalité, fondée sur l’expérience
des autres ou sur un événement de ton passé.
Le plus grand défi des êtres humains, c’est d’Être Ici Maintenant, de cesser d’inventer des histoires!
Cesse de créer des pensées à propos d’un instant pré-sent (un instant que tu t’es «envoyé» avant d’y
avoir pensé). Sois dans l’instant. Rappelle-toi : tu as envoyé cet instant en cadeau à ton Soi. Cet
instant contenait le germe d’une vérité immense. C’est une vérité que tu voulais te rappeler. Mais dès
que le moment est arrivé, tu t’es mis à construire des pensées à son propos. Au lieu d’être dans
l’instant, tu t’es tenu à l’extérieur de l’instant et tu l’as jugé. Puis, tu as ré-agi. C’est-à-dire : tu as agi
comme tu l’avais déjà fait.
….
Mais, tu vois, ce que j’essaie de te dire, c’est que lorsque tu accueilles chaque instant d’une façon
claire, sans pensée préalable, tu peux créer Qui Tu Es, plutôt que de rejouer qui tu as déjà été.
La vie est un processus de création et tu continues de la vivre comme si c’était un processus de représentation!

Neale Donald Walsch Conversation avec Dieu : le film

« La création de soi est un travail constant. La souffrance n’a rien à voir avec les évènements eux même mais avec la façon dont nous les vivons. Les faits ne sont rien d’autre que les faits mais ce que nous ressentons à leur égard c’est une autre affaire » NDW
Le film » raconte l’histoire de l’auteur Neale Donald Walsch, qui, après un divorce, sans emploi et sans abri est devenu un messager spirituel et l’auteur internationalement reconnu sur la liste des meilleurs vendeurs du New York Times avec la série «Conversations avec Dieu».

Le meilleur logiciel open source 2018

nul

Le terme «open source» fait référence à un logiciel dont le code source est librement disponible pour le téléchargement, l’édition, ainsi que son utilisation en partage gratuit et évolutif. Il existe différentes licences open source , qui offrent aux utilisateurs différents degrés de liberté, mais l’objectif principal de l’open source est d’encourager la collaboration.

Les logiciels libres ont beaucoup d’avantages par rapport aux autres options «gratuites» que vous rencontrerez, même si vous n’êtes pas vous-même un développeur. Il est généralement géré par une communauté et mis à jour fréquemment pour corriger les vulnérabilités ou les bugs dès qu’ils sont identifiés; il n’y a pas de restrictions sur l’utilisation commerciale, de sorte que vous pouvez l’utiliser avec plaisir pour votre entreprise à domicile; et la possibilité d’éditer la source signifie qu’il y a souvent une multitude de plugins créés par l’utilisateur à télécharger.

Dans cet esprit, voici notre sélection du meilleur logiciel open source.

Logiciel de bureau: LibreOffice

Il n’y a pas besoin de payer pour Office avec cette alternative open source

LibreOffice est une suite complète de logiciels de bureau, y compris d’excellentes applications pour les documents texte, les tableurs, les présentations et les bases de données. Ces derniers sont entièrement compatibles avec les derniers formats de fichiers Microsoft. Vous n’aurez donc aucun problème à partager des fichiers avec les utilisateurs de Word, Excel, PowerPoint et Access.

Les documents sont aussi nets et professionnels que ceux créés à l’aide de logiciels payants, et il existe des centaines de modèles à télécharger, à utiliser et à modifier.

La vaste communauté de contributeurs de LibreOffice a compilé une brillante collection de documents de soutien , y compris un forum et même une discussion en direct si vous avez besoin d’un coup de main !

Revue et où télécharger: LibreOffice

Éditeur de photos: GIMP

Notre éditeur de photos open source préféré, rempli d’outils puissants

Editeur d’images Open Source puissant et flexible GIMP est aussi proche d’Adobe Photoshop que vous pouvez l’obtenir sans ouvrir votre portefeuille. Il prend en charge les calques et contient des outils avancés pour améliorer vos photos ou en créer de nouvelles à partir de rien.

Vous pouvez ajuster manuellement tous les aspects de l’apparence de vos images ou utiliser les dizaines de filtres et d’effets personnalisables pour obtenir des résultats étonnants en quelques clics seulement. GIMP est livré avec une vaste gamme de plugins créés par l’utilisateur pré-installé, et l’ajout de plus est un morceau de gâteau.

Si vous n’avez pas besoin de la puissance de GIMP et préférez une interface plus simple, jetez un oeil à Paint.NET – un autre superbe éditeur de photo open source qui est un peu plus léger sur les fonctionnalités, mais plus facile à maîtriser.

Examen et où télécharger: GIMP

Lecteur multimédia : VLC Media Player

Un lecteur multimédia open source capable de gérer pratiquement n’importe quel format de fichier

VLC Media Player est l’un des lecteurs multimédias gratuits les plus populaires au monde, et pour cause: il peut gérer à peu près n’importe quel fichier audio, fichier vidéo ou flux multimédia que vous pouvez lancer, sans avoir à installer des codecs supplémentaires. VLC Media Player vous donne un degré incroyable de contrôle sur la lecture, vous permettant d’optimiser la vidéo et l’audio pour votre configuration matérielle spécifique.

VLC Media Player est idéal pour les podcasts en streaming, ainsi que les stations de radio Internet comme Last.fm et TuneIn Radio. Il y a aussi une superbe archive d’extensions et de skins, et le WYSIWYG Skin Editor vous permet de créer vos propres designs personnalisés.

Le dernier ajout à VLC est la lecture à 360 degrés, qui vous permet de profiter de vidéos immersives avec un casque VR, et d’autres développements passionnants sont à l’horizon pour suivre le rythme de la nouvelle technologie vidéo.

Examen et où télécharger: VLC Media Player

Éditeur de vidéos: Shotcut

Idéal pour les nouveaux utilisateurs, et un excellent substitut pour Windows Movie Maker

Si vous cherchez un éditeur de vidéo open source génial, donnez un coup de fouet à Shotcut . Il peut sembler un peu difficile au début, mais ajouter quelques-unes des barres d’outils facultatives et vous aurez bientôt ses fonctionnalités les plus puissantes et utiles à portée de main.

Certains de ses meilleurs outils incluent des filtres rapides pour l’audio et la vidéo (non destructifs et pouvant être superposés pour obtenir différents effets), l’équilibrage des blancs avancé, les lingettes et autres transitions, l’étalonnage des couleurs, l’importation par cliquer-glisser et la découpe simple. et la composition de clips.

Examen et où télécharger: Shotcut

Éditeur audio: Audacity

L’outil open source idéal pour enregistrer et éditer des podcasts et de la musique

Même si vous avez l’argent comptant pour un éditeur audio, vous pouvez choisir de rester avec Audacity alternative open source . Il a presque tous les outils dont vous avez besoin pour enregistrer et affiner les fichiers audio, et toutes les fonctionnalités qui lui manquent peuvent être branchées avec son vaste catalogue d’extensions .

Audacity est l’outil de choix pour de nombreux podcasteurs, musiciens et narrateurs de livres audio grâce à ses résultats de qualité professionnelle. Vous pouvez l’utiliser pour combiner des clips, copier et coller des sections de l’audio, supprimer le bruit et autres bruits indésirables, supprimer les voix des chansons, modifier les fréquences et appliquer des effets tels que l’écho et la réverbération.

Navigateur Web: Mozilla Firefox

Un navigateur puissant et entièrement personnalisable avec un plugin pour tous les usages

Les guerres de navigateur ne montrent aucun signe de fin, mais l’ héritage open source de Firefox le rend incroyablement flexible. Son attrait principal est sa collection d’extensions. Avec des milliers de plug-ins disponibles en un clic de souris, il est facile de transformer Firefox en navigateur parfait.

Firefox est mis à jour toutes les cinq à huit semaines, et vous pouvez obtenir un aperçu des dernières fonctionnalités en installant la version bêta ou en participant à Firefox Test Pilot – un moyen d’échantillonner les outils expérimentaux qui pourraient être intégrés dans les futures versions.

Le code source de Firefox constitue la base de nombreux projets spécialisés, y compris le navigateur Tor axé sur la sécurité et le logiciel Speedfox centré sur lavitesse , conçu pour les utilisateurs expérimentés .

Client de messagerie: Mozilla Thunderbird 

Un client gratuit qui remplace idéalement le Windows Live Mail disparu

Si vous avez plusieurs comptes de messagerie – même s’ils sont avec le même fournisseur – le client de messagerie open source Mozilla Thunderbird vouspermettra d’économiser du temps et de tracas entre les onglets du navigateur et les connexions. Comme Firefox, Thunderbird est un projet open source publié par la fondation Mozilla, et est presque infiniment adaptable.

Les fonctionnalités standard de Thunderbird comprennent un lecteur RSS et la possibilité de créer des liens vers des fichiers trop volumineux pour les envoyer en pièces jointes, et ses extras facultatifs incluent les prévisions météo et les onglets de l’application Google.

Gestionnaire de mot de passe: KeePass Password Safe

Générez des mots de passe forts pour les comptes et stockez-les dans un emplacement sécurisé

Les gestionnaires de mots de passe ne manquent pas, mais KeePass Password Safe est notre option open source préférée. Il n’est pas clinquant, mais il contient tous les outils et fonctionnalités dont vous avez besoin, y compris le cryptage AES de votre base de données complète (pas seulement les mots de passe), l’authentification à deux facteurs via un mot de passe maître et un fichier sécurisé. génération de mot de passe aléatoire.

KeePass est minuscule, et parce que c’est un programme portable, vous pouvez le transporter sur une clé USB, et grâce à une vaste bibliothèque de plug-ins , il est facile de l’intégrer avec votre navigateur préféré et votre fournisseur de stockage en nuage. 

Soutenez notre projet et notre équipe !

À PROPOS DE NOUS

Depuis mars 2014, Quote blog déniche et partage chaque jour des histoires inspirantes, émouvantes et divertissantes.
Notre objectif ? Vous permettre de découvrir : des initiatives positives, des causes inspirantes, des innovations prometteuses, des artistes talentueux et des actus dans l’air du temps.
Bref, quote inspirational blog, c’est votre dose quotidienne d’inspiration POSITIVE !

TROIS MINUTES POUR TOUT SAVOIR DU CLITORIS : UNE VIDÉO CHARMANTE

À quoi ça sert ? Pourquoi en savons-nous si peu ? Quels sont les mythes à balayer ? Lori Malépart-Traversy répond dans cette vidéo courte et brillante.

Le clitoris a longtemps été méprisé par les scientifiques. Est-ce parce que c’est le seul organe du corps humain uniquement dédié au plaisir ? Quoi qu’il en soit, aujourd’hui encore, on entend à peu près tout et n’importe quoi sur le sujet. En ce sens, la vidéo que vous allez voir n’est donc pas seulement originale et charmante, elle est aussi instructive et nécessaire.

Lori Malépart-Traversy, réalisatrice montréalaise, a consacré un petit film d’animation de 3 minutes au clitoris. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il brise les idées reçues avec beaucoup de poésie et d’efficacité. Regardez :

Postée il y a trois jours seulement, cette vidéo a déjà été visionnée près d’un million de fois. Sans doute parce qu’elle lève le voile sur un sujet pas si anodin que ça…

Si ça peut nous sortir un peu plus de l’obscurantisme, tant mieux. Un succès mille fois mérité.

Par Leonzio Stephane , le 20 avril 2018

PAS DE PUBLICITÉ, DES CONTENUS EXCLUSIFS…
SOUTENEZ NOTRE PROJET ET NOTRE ÉQUIPE !

La perte de l’audition avec l’âge est-elle banale ?

Soutenez notre projet et notre équipe !

Quel âge ont vos oreilles ? Pour le savoir, faites le test !

Des oreilles jeunes perçoivent des sons entre 20 et 20 000 Hertz. Mais les vôtres ? Ont-elles 20 ans… ou 90 ans ? Dans quelques secondes, vous saurez.

On connaît son âge officiel. Mais connaît-on celui de ses oreilles ? Pas forcément. Eh oui, nos oreilles ont tendance à vieillir plus vite que le reste de notre corps. Surtout si on est habitué aux gros décibels ! Alors, pour découvrir l’âge de nos portugaises, voici un petit test amusant.

En théorie, des oreilles en pleine force de l’âge sont capables de percevoir des sons dont les fréquences sont comprises entre 20 et 20 000 hertz. Seulement voilà, avec le temps, les cellules sensorielles qui se trouvent dans l’oreille interne s’usent et disparaissent sans jamais se régénérer. Du coup, plus une oreille vieillit, plus les fréquences hautes deviennent inaudibles.

quel-age-on-vos-oreilles-test-une
Crédit photo : Shutterstock

FrancePresbyAcousie, une association qui sensibilise au vieillissement de notre audition, a donc mis au point un test simple et rapide. Objectif : déterminer l’âge de nos oreilles en quelques secondes seulement.

Ce test, le voici. Pour le mener à bien, réglez le volume de votre ordinateur et testez une à une les pistes audios suivantes jusqu’a ce que vous n’entendiez plus rien. Plus vous irez loin dans ce test, plus vos oreilles sont jeunes !

Prêt ? Alors c’est parti (attention, les plus jeunes peuvent percevoir des son très désagréables que vous, vous n’entendez pas !)

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 2 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 90 ans !


Si vous entendez ce son d’une fréquence de 4 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 80 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 8 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 70 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 10 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 60 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 12 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 50 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 15 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 40 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 16 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 30 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 17 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 26 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 18 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 24 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 20 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 20 ans !

Si vous entendez ce son d’une fréquence de 22 000 Hz, c’est que vos oreilles ont moins de 18 ans !

Vous êtes capables d’aller encore beaucoup plus haut que ça ? Alors vous êtes probablement un labrador, un chat angora, Batman ou Flipper !

quel-age-ont-vos-oreilles-test-2
Crédit photo : Cochlea

Merci à nos lecteurs qui nous aident et rendent possible

Envie de les rejoindre, d’accéder à quote inspirational sans publicité, de découvrir des contenus exclusifs, de soutenir notre projet et notre équipe ?

Que serais-je sans toit

,

Quatre millions de mal logé-es !
La Fondation Abbé Pierre vient de rendre son bilan annuel alarmant sur le mal-logement en France. Un des premiers constats, c’est que le surpeuplement connaît une recrudescence inquiétante au cours de ces dernières années. Un simple accident de la vie et tout bascule rapidement pour tout un chacun : perte d’emploi, séparation, surendettement…
Cette situation est particulièrement prégnante dans les grandes villes où les prix de l’immobilier ont augmenté. Le manque de place induit d’autres problèmes pour les familles qui y sont confrontées. La désocialisation, car ils ne peuvent pas recevoir, des difficultés pour les enfants à faire leurs devoirs au calme, mais aussi des problèmes de santé liés à l’insalubrité des logements et des troubles alimentaires.
il faut en finir avec la spéculation immobilière ! Nous revendiquons l’accès à un logement décent quels que soient les revenus… Et ce, y compris par la gratuité.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus